Haut-Doubs. Morteau. Du clavier au tribunal

157
Les réseaux sociaux ne sont pas une zone de non droit.

En psychologie, l’effet de foule est bien connu par les professionnels qui depuis quelques années assistent à un phénomène similaire sur les réseaux sociaux. Étonnant et paradoxal mais pas sans conséquences.

Pendant l’été, deux internautes peu convaincus par la nécessité des contrôles radars sur le bord des routes du Doubs ont été rattrapés par la patrouille. Ils ont en effet eu la mauvaise idée de traiter les forces de l’ordre de « bâtards » ou encore de « putes à Macron ». Outre la subtilité des propos, les gendarmes y ont vu une publication diffamante envers l’administration publique ce qui vaudra aux internautes en question d’être jugés avec le risque d’une amende encourue pouvant aller jusqu’à 45000€. De tels propos sur les réseaux sociaux sont de plus en plus fréquents, les citoyens s’érigeant très facilement en procureurs avec des formules franchissant très souvent la ligne jaune passible d’être envoyés devant les tribunaux.

La psychologie sociale s’est déjà penchée sur cet effet de foule paradoxal. Bien que seul derrière son écran, l’internaute se sent en effet fort au milieu d’un groupe virtuel…On appelle cela la désindividuation, autrement dit une mise à l’écart de la conscience ou encore une désinhibition qui pousse à se lâcher, sans filtres ! Une attitude qui corrobore les analyses du célèbre Sigmund Freud qui voyait la foule comme impulsive, irritable, influençable et crédule, avec un sentiment de toute puissance, toujours certaine de son opinion et prompte à dénoncer sans ménagements ceux qui ont un autre avis, des individus alors devenus coupables d’être dans l’erreur Toute personne qui fréquente de temps en temps Facebook aura très vite des exemples en tête.

Hier dans la rue, cette foule constituée d’un agglomérat d’individus isolés ne peut donc plus se prévaloir d’une totale impunité. Au même titre qu’une banderole insultante dans une manifestation ou qu’un pavé jeté dans une vitrine, une publication peut mener au tribunal et coûter cher !