Haut-Doubs. Morteau. From New-York to Morteau !

345
Ce n'est pas la première crise que traverse le secteur qui s'est toujours relevé.

La cité horlogère a été mise à l’honneur dans les colonnes du très célèbre et sélect New York Times. Un coup de projecteur notamment sur le lycée Edgar Faure.

Il faut bien le reconnaître, un article dans un quotidien aussi prestigieux que le New York Times a de quoi rendre fier. Une vraie reconnaissance pour le musée de l’horlogerie de Morteau ainsi que pour le lycée Edgar Faure, deux axes choisis par le journal pour évoquer ce petit coin de montagne dont les parisiens ignorent souvent qu’il est un haut lieu de l’horlogerie, se cantonnant à connaître Morteau par le biais de sa saucisse…

Après avoir dresser une carte postale du Pays Horloger avec son calme, sa verdure et le Doubs, le quotidien américain entre dans le vif du sujet et évoque le passé de ce territoire où depuis longtemps déjà l’horlogerie s’apprend et se transmet comme désormais dans ce lycée polyvalent où la discipline a su se faire une place de choix. Au fil des lignes, on souligne que les élèves issus de ce cursus se dessinent un bel avenir et qu’on le retrouve dans les meilleures manufactures, en France, en Suisse bien sûr aussi ou encore dans les pays d’Asie. Après un apprentissage avec des professeurs et des outils de qualité, leurs compétences sont reconnues et appréciées sur le marché du travail.

Enfin, après le passé et le présent, le New York Times évoque l’avenir de cette formation et la prochaine extension du lycée où les élèves disposeront de nouveaux espaces de vie et d’apprentissage qui permettront un peu plus encore de parfaire la réputation de ce petit coin de « French Comté » !