Haut-Doubs. Morteau. Les agriculteurs face aux changements climatiques.

423
Le climat est au centre des préoccupations du syndicat. (photo FDSEA)

En termes de températures et de sécheresse, les dernières années ont été particulièrement marquante pour toute la population. Plus durement encore pour le monde agricole. Le sujet était au cœur du congrès de la FDSEA du Doubs qui s’est tenu à Morteau.

Chaque jour, la température moyenne progresse comme si nous descendions de 10m vers le sud.  « D’après nos calculs, dans 100 ans, ce sera l’équivalent de 400 km et notre région aura les mêmes températures qu’à Orange aujourd’hui » ont expliqué les responsables du syndicat agricole qui ont donc choisi cette question cruciale pour leur débat avec le souhait de lister des pistes que chaque agriculteur peut s’approprier pour son exploitation. « la question vaut pour l’eau mais aussi les bâtiments qu’il faudra dans les prochaines années, isoler du chaud ».

Les agriculteurs se disent clairement prêts à s’adapter et à faire des efforts face au changement climatique, « mais nous avons besoin d’être accompagnés dans cette démarche, à travers par exemple des formations initiales et continues » a expliqué Florent Dornier, secrétaire général adjoint de la FDSEA. Une prise de conscience économiquement vitale pour la profession tant la sécheresse des dernières années a fortement impacté leurs champs et leur bétail. Et souvent, les premières victimes de ce dérèglement climatique qui pour autant ne se posent pas en victime mais acceptent aussi leur part de responsabilité et veulent justement évoluer.
« Dans l’agriculture, on gère en permanence des compromis entre l’économie, le social et l’environnement. Aujourd’hui, il faut changer ça même si c’est difficile. En effet, au niveau mondial, l’agriculture est responsable de 25% des gaz à effet de serre. Dans le même temps, d’ici les cent prochaines années, la population mondiale va augmenter de 15 à 25% et il faudra continuer à nourrir la planète » a poursuivi le secrétaire général. Le défi est de taille mais la profession se mobilise pour le relever.