Haut-Doubs. Morteau. Les parisiens n’ont pas oublié la célèbre saucisse

218
La saucisse de Morteau veut séduire les jeunes citadins.

Pas toujours facile pour une spécialité locale d’attirer sur elle les projecteurs de la presse nationale. Alors quand c’est le cas et que la publication est flatteuse, autant de pas faire la fine bouche.

Certes ils ne verront pas en début d’année prochaine les montbéliardes dans les salons de l’agriculture et ne pourront pas goûter les bons produits du terroir de la région…mais que les producteurs locaux se rassurent, les parisiens et les habitants d’Île de France n’ont pas oublié la saucisse de Morteau. C’est une pleine page dans la presse nationale qui revient sur les dix ans d’IGP (Indication Géographique Protégée) et rappelle notamment « les 20 cm de pur bonheur » affichés il y a quelques années dans le métro. « Une insinuation lourde » tacle tout de même le magazine mais sans en tenir rigueur à l’emblème charcutière qui fait la fierté de la Morteau.

On y rappelle qu’elle est constituée de viande de porc nourri avec du petit lait issu des fromageries, que son fumage est lent et naturel, à base de bois d’épicéas, et que l’assaisonnement est réalisé avec des épices naturelles. Pour éviter toute confusion, l’article mentionne la cheville de bois qui ferme le boyau, véritable signature de la célèbre saucisse. Autre mise au point indispensable, les parisiens se voient conseiller de ne pas piquer la Morteau avant de la cuire dans l’eau frémissante afin de ne pas en perdre tous les arômes. Le journaliste y va même de sa recette en accompagnement d’un flan de courgettes.

Un bel hommage pour saluer le 10ème anniversaire du label qui a permis depuis d’augmenter de 43% la production. Et une belle promotion à destination des jeunes citadins à qui on explique que cette saucisse sait vivre avec son temps puisqu’elle a même fait l’objet d’un escape game. Si avec ça La Morteau ne conquiert pas Paris et ne donne pas envie à ses habitants de venir voir sur place…