Haut-Doubs. Ornans. Une pollution aussi incroyable qu’inadmissible

410
Le résultat de cette pollution volontaire était désolant.

Comment est-ce encore possible à notre époque ? Avec tous les moyens qui existent pour éliminer toutes les sortes de déchets, certains prennent encore la nature pour une poubelle. Révoltant !

Un acte malveillant, volontaire, délibéré…les mots manquaient et étaient à la fois nombreux dans la bouche de ceux qui ont découvert la scène. Certains évoquaient même un acte criminel tandis que tous partageaient un sentiment de dégoût. Il faut dire que le spectacle est désolant : des milliers de litres d’un liquide blanchâtre déversés en pleine nature dans le lit de la Bienne, un affluent de la Loue.  Au total, environ 800 m² de surface souillée sur une épaisseur de 20 cm.

Aussitôt avertis, les pompiers ont déployé d’importants moyens pour pomper un maximum de cette matière et aussi analyser ce qui ressemble à des résidus de chantier. Les spécialistes de la biodiversité ont également été alertés tout comme les élus des deux communes concernées, Scey-Maisières et Ornans. Les deux collectivités portent d’ailleurs l’affaire en justice en espérant que les auteurs seront rapidement retrouvés.

De son côté, le collectif SOS Loue et Rivières Comtoises a bien entendu condamné ces pratiques sauvages. « Aucune rivière, même à sec, ne mérite ça. Ces pratiques d’un autre temps doivent être unanimement condamnées ! ». Tout en rappelant qu’un épisode similaire s’est produit en plein Paris où un grand cimentier s’est permis de déverser dans la Seine ses eaux usées, mélange de particules de ciment, de liquides de traitement et des microfibres de plastique.

Il reste donc sans doute beaucoup à faire pour l’éducation à l’environnement. Ou alors face à de tels agissements de gens parfaitement conscients de leurs actes faut-il des punitions exemplaires comme pour tous « criminels » pour reprendre l’un des termes entendu parmi les réactions.