Haut-Doubs. Pas de couvre-feu mais de nouvelles restrictions

894
Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'on n'est pas près de raccrocher le masque

L’épidémie de Covid19 semble reprendre de la vigueur avec l’arrivée de l’automne. Alors que de grandes métropoles sont soumises à des couvre-feu, le Doubs durcit le ton.

Les possibilités et restrictions changent un peu tous les jours et généralement, ce n’est pas pour annoncer de bonnes nouvelles. C’est en ce sens qu’est paru un nouveau décret, le 16 octobre dernier, comme l’a rappelé Patrick Genre lors du dernier conseil municipal.
Si le couvre-feu n’est pas (encore) d’actualité pour les bars et restaurants, il est toutefois obligatoire désormais de limiter les tables à six convives, au lieu de dix. Les modalités du port du masque n’évoluent pas et les cahiers de traçabilité des clients n’est pas encore en vigueur. Toutefois, la préfecture invite les professionnels du secteur à se pencher sur la question.
D’autre part, il est autorisé de se marier mais les cérémonies, qu’elles soient en mairie ou dans les lieux de culte, doivent répondre aux exigences sanitaires en vigueur, à savoir : 4m2 par personne, tout le monde assis avec masque et respect de la distanciation sociale. Quant au buffet à la salle polyvalente, il est tout simplement interdit.
Le décret n’interdit pas les réunions de famille mais invite vivement les personnes à ne pas se retrouver à plus de six personnes. Toutefois, les réunions de travail peuvent se tenir à plus de trente personnes, en respectant la distanciation et le port du masque.
Côté sport, il est toujours possible de pratiquer un sport en gymnase mais les activités physiques telles que zumba ou yoga nécessitent de mettre de la distance entre les participants. Quant aux spectateurs, là encore, ils peuvent venir à condition d’être assis et de ne pas s’approcher les uns des autres.
Les manifestations sont autorisées à condition toutefois d’avoir été déclarées au préalable à la préfecture. C’est le cas des hommages (comme ceux qui se sont multipliés dernièrement), des manifestations sportives et culturelles, des marches revendicatives ou même des visites guidées de la ville par exemple. En dehors de ces possibilités, il est interdit de se retrouver de façon statique à plus de six personnes sous peine d’être verbalisé.
Pour conclure, et la préfecture ne s’en cache pas, ces interdictions portent surtout sur les activités festives et de loisirs, visiblement plus dangereuses que les activités professionnelles …