Haut-Doubs. Plateau de Maîche. Le mystère des points verts…

680
Le groupuscule a fait un véritable tour de France avec ses ronds verts.

Le but avoué des auteurs de cette action était de faire parler d’eux. C’est réussi. Ce qui permet aussi à l’opinion publique de connaitre les idées défendues par ce groupuscule. Explication factuelle.

Impossible de manquer ces multiples traces qui fleurissent au mieux sur la chaussée au pire sur les arbres ou sur certains bâtiments. Des points verts d’une trentaine de centimètres de diamètre. S’agit-il d’un marquage avant de prochains travaux de voirie ? Non. De repères en vue d’une manifestation sportive ? Pas plus. Alors des martiens écrasés peut-être ? Trêve de plaisanterie, c’est une action politique d’ampleur nationale que l’on retrouve sur les routes du pays horloger.

Les auteurs revendiqués font partie du Conseil National de Transition (CNT) qui, contrairement à ce que la couleur verte pourrait laisser croire, ne s’occupe pas d’environnement. Mouvement se réclamant « du peuple, pour le peuple », ils estiment que la France est aujourd’hui une dictature et revendique une prise de pouvoir en occupant notamment l’Elysée, appelant pour cela l’armée à les soutenir. Autrement dit, un coup d’Etat militaire permettrait de rétablir une démocratie d’où serait bannis l’Europe et le nouvel ordre mondial. Parmi leurs revendications connues figurent leurs actions anti-vaccins, la promotion de médecines alternatives ou encore la lutte contre les ondes qui polluent le cerveau… Les spécialistes de la vie politique en France classent ce groupuscule comme complotiste, une théorie assimilée à du négationnisme et à de la manipulation. Un fait bien réel est en tout cas à retenir : le CNT a des adeptes dans le secteur et a réussi à faire le buzz par cette énigmatique campagne sur nos routes comme sur les réseaux sociaux où la diffusion de certaines idées est parfois plus proche du carton rouge que du point vert.