Haut-Doubs. Pontarlier. Beau palmarès pour le kayak français

160
Jules Bernardet réalise un bel exploit aux championnats du monde de canoë

Les championnats du monde de canoë-kayak se sont déroulés en Slovénie et les Français ont tiré leur épingle du jeu.

Le haut-Doubs est à l’honneur en Slovénie ! Le jeune céiste Jules Bernardet, licencié du Ck Pontarlier vient de décrocher l’argent lors des mondiaux de slalom individuel qui se sont déroulés dans les eaux du bassin de Taven, en Slovénie. Le pontissalien, courant dans la catégorie des U23, a réalisé une course presque parfaite, finissant par ailleurs avec le meilleur chrono. Mais sur la fin, une touche sur le dos à la porte 10 lui fera perdre des points, le rétrogradant en 2e position. « J’avais vraiment pour objectif de reprendre le titre à Nicolas, souffle Jules Bernardet. Même si je suis satisfait de ma deuxième place, je reste un peu sur ma faim ! » Son adversaire de toujours, Nicolas Gestin, n’a pas failli et se hisse à la première place du podium. « J’éprouve le plus grand respect pour Nicolas, nous nous sommes fréquemment rencontrés sur les courses de championnat et je l’ai déjà battu à plusieurs reprises. Notamment en 2018, lors des championnats de France durant lesquels j’ai décroché la médaille d’or. » Des championnats de France qui se déroulent d’ailleurs actuellement à Bourg-Saint-Maurice et pour lesquels Jules Bernardet participe dans la catégorie des moins de 23 ans.
La prochaine grosse échéance se déroulera en 2024 : les jeux Olympiques. « C’est le rêve de tout sportif de concourir aux Jeux Olympiques, s’enthousiasme l’athlète. Pour le moment, rien n’est joué et je dirais même que cela se déterminera assez tard. Il n’y a qu’une seule place en canoë et je garde espoir d’être sélectionné ! »

ENCADRE
Un parcours mu par la volonté
Jules Bernardet est né à Pontarlier, il y a 23 ans. Il a commencé par le kayak à l’âge de 11 ans avant de grimper dans un canoë vers 15 ans : « Le kayak, c’est cool, le canoë, c’est super cool ! » Le jeune homme avoue avoir voulu faire autrement des autres qui ne juraient que par le kayak. « Il y a beaucoup de kayakistes, mais peu de céistes. Dès que je suis monté dans un canoë, j’ai compris que je ne voulais faire que ça ! » Il a rapidement intégré le Pôle Espoir, puis le Pôle France et enfin l’équipe de France. « Les entraîneurs du CK Pontarlier m’ont tout appris et m’ont donné cette envie de me dépasser. Depuis bientôt 3 ans, je suis entraîné par Yves Nardusi, un autre champion du monde de la discipline en équipe, issu lui-aussi des bassins de Pontarlier ! Pour des conditions d’entraînements optimales, je me trouve actuellement à Pau. Mais mon cœur et mon esprit sont entièrement tournés vers Pontarlier. D’ailleurs, je suis toujours licencié là-bas ! »