Haut-Doubs. Pontarlier. De nouvelles habitudes de consommation

450
De très nombreux Français se sont mis à fabriquer leur pain durant le confinement, entre autres nouvelles habitudes

La crise sanitaire de la Covid-19 a profondément bouleversé le monde entier, et la France n’est pas en reste. Entre inquiétude et volonté de changer, les Français ont réagi chacun à leur façon face aux événements qui, quoi qu’on le dise, ne laissent personne indifférent.

Il y a eu “l’avant Covid”, il y aura “l’après”. Durant la crise, les habitudes de consommation des Français ont évolué. Dans un premier temps, nous avons assisté à une ruée sur des denrées non périssables, comme les pâtes, le riz et, beaucoup plus surprenant, le papier toilette ! Ce dernier élément a par ailleurs fait largement réagir les internautes qui n’ont pas manqué de rire plus ou moins gentiment de cette surprenante frénésie. Les ventes de ces produits ont bondi de plus 20% en l’espace de quelques jours*. Du jamais vu, créant un sentiment de pénurie mais surtout provoquant une hausse des prix sensible, que de nombreux consommateurs ont aperçue : “Je n’ai jamais eu pour aussi cher pour un caddie normal !” s’exclame Élodie de Houtaud, devant sa note bien salée. Cet écart de prix, outre la légère augmentation due notamment à la vente exclusive de fruits et légumes français, s’explique par une augmentation des volumes achetés. “Jusque-là, mes enfants mangeaient à la cantine, et maintenant, je les ai tous les jours à manger à la maison, tempère Caroline, mère de trois enfants. Et surtout, j’ai envie de cuisiner pour eux !”
Une tendance qui se retrouve dans de très nombreux foyers, à l’instar de celui de Christine, de Osse : ” J’ai appris à faire mon pain et mes biscuits, explique cette pétillante mère de famille nombreuse. Ca ne coûte presque rien, c’est beaucoup moins sucré que les biscuits du commerce et comme j’ai des poules, je les confectionne avec des œufs tout frais !”
Même son de cloche pour Magalie de Vuillecin, sur son blog Cordon Rose : “Le confinement m’a permis de de cuisiner tout maison, de faire mon pain tous les jours, de faire mes laitages avec le lait de la ferme et les oeufs de nos poules, de faire de bons repas en vidant le congélateur et en me faisant livrer mes fruits et légumes par des producteurs locaux. J’ai également pris le temps de fabriquer moi-même certains produits pour le corps et d’entretien. Je n’aurais jamais crû en être capable ! En fait, c’est simple et ça ne prend pas tant de temps ! Je fais maintenant mon savon, mon déo, ma lessive, mes tablettes de lave-vaisselle…”**

Le commerce local a le vent en poupe

Autre nouvelle habitude des consommateurs : renouer avec les producteurs locaux. « Pour ma part je suis vraiment revenue aux petits producteurs locaux, s’enthousiasme Gaëlle de Montperreux. Nous faisions déjà quelques achats auprès d eux mais le confinement nous a vraiment rendus dépendants de leurs services. Fromagerie, fruits et légumes, viande et charcuterie… dorénavant ça sera vers eux que je me tournerai. Je ne dit pas que je n irai plus en grandes surfaces mais mes achats se limiteront aux strict minimum pour laisser place aux bons produits de nos régions fabriqués par des artisans locaux.”

Et après ?

La question que l’on se pose aujourd’hui est : va-t-on continuer sur cette lancée ? D’après les chiffres avancés par Happydemics en avril dernier, 47% des Français se disent prêts à renouer avec leurs anciennes habitudes de consommation dans le mois suivant le déconfinement. D’autres y reviendront progressivement. 14% des sondés affirment toutefois qu’ils ne reviendront pas au schéma de consommation qu’ils connaissaient avant la crise et entendent bien faire perdurer les bonnes habitudes prises pendant le confinement. Une question toutefois demeure : avec la reprise du travail, trouveront-ils le temps de faire tout ce qu’ils faisaient durant le confinement ?

Teekers au service des commerces locaux

Le commerce se numérise ! Teekers, l’application destinée aux commerçants locaux, se renouvelle et évolue en fonction des événements. Elle propose notamment un service de drive sur Pontarlier et Besançon, ainsi que la livraison en J+1, gratuite jusqu’à la fin de l’année. Profitez-en ! « Depuis la période de confinement, l’ensemble des équipes Teekers est resté mobilisé tous les jours pour dispenser un suivi particulier à chaque commerçant, explique Jean-Georges Tonon, créateur de l’appli. Nous serons aussi à l’initiative de programmes de dynamique locale pour Besançon et Pontarlier, notamment durant la prochaine période estivale et sur la 2ème partie de l’année pour redonner de l’envie et du  plaisir à la consommation en ville.”

*Chiffres Kantar, mars 2020
** Article complet sur www.cordonroserecettes.com
*** Chiffres Happydemics, mai 2020

Les rayons vides au début du confinement trahissaient l’angoisse des consommateurs