Haut-Doubs. Pontarlier. Le réseau de chaleur s’étend sur la ville

162
La présentation du réseau de chaleur urbain actuel s'est déroulée devant de nombreux officiels

C’est lors d’une présentation officielle ce mercredi 3 février que le réseau de chaleur de la ville de Pontarlier a dévoilé son nouveau visage.

En 2016, un vaste programme de développement visant à faire profiter un maximum d’abonnés de cette énergie fabriquée localement avait été mis en place par son propriétaire. Depuis sa création en 1989, le réseau de chaleur urbain ne concernait que 21 abonnés. En 2016, fort de ses 8 km de canalisations, il réchauffait seulement 28 abonnés. Mais grâce à cette extension menée il y a tout juste 5 ans, le nombre d’abonnés est passé à 69, soit trois fois plus qu’en 2016. Une belle prouesse appréciée des usagers que sont les portes du centre de ville (salle Morand, auberge de jeunesse, église St Bénigne…), les zones industrielles des Gravilliers et du crêt de Dale, de nombreux établissements scolaires, des équipements sportifs (dont le stade Paul Robbe), des entreprises, mais aussi des copropriétés, des parcs de logements sociaux et dernièrement la maison médicale et l’ilôt St Pierre. Depuis les travaux, les canalisations traversent désormais le boulevard Pasteur, la rue de la Paix, passent sous la rocade et permettent même de déneiger automatiquement le parking du lycée Xavier Marmier.

Comment fonctionne ce réseau de chaleur ?

L’énergie est obtenue par l’incinération des déchets ménagers. Cette méthode de chauffage se veut écologique en limitant fortement les émissions de gaz à effet de serre, un phénomène avantageusement accentué par la taille et la gestion industrielle des installations qui permettent d’obtenir de meilleurs rendements de combustion et de plus faibles rejets que la plupart des installations classiques de chauffage. A titre d’exemple, le coût annuel moyen d’un chauffage obtenu par le réseau de chaleur est de 763€ par an, contre 1 158€ pour un chauffage électrique. Ce dernier rejette 188g de CO2/KWh tandis que le réseau de chaleur ne dépasse pas les 74g de CO2/KWh. Une solution doublement avantageuse qui intervient pour le bien-être de la planète, mais aussi de notre portemonnaie.

Réhabilitation en cours

Dans la rue du Lycée, 67 appartements détenus par Habitat 25 ont connu des transformations en vue d’accueillir ce réseau de chaleur mais également d’améliorer leurs performances énergétiques : réfection des sanitaires et des cuisines, amélioration des parties communes, raccordement au réseau de chauffage communal et remplacement des radiateurs, isolation complète du bâtiment afin d’atteindre le niveau de performances BBC. De plus, d’ici 10 ans, la ville envisage de raccorder 15 bâtiments supplémentaires dont la mairie, le musée, l’espace Pourny ou encore la bibliothèque.