Haut-Doubs. Pontarlier. Les boums-flash envahissent l’espace urbain

329
Les boums-flash nous viennent de Besançon. Image : capture Youtube

Sans doute en avez-vous entendu parler. Les boums-flash se multiplient dans le Doubs. D’abord bisontine, elle arrive dans le Haut-Doubs.

Mais qu’est-ce qu’une boum-flash ? Tout débute dans l’esprit de Christelle Pinet, professeure de danse et chorégraphe de Besançon. L’idée est de sensibiliser tout un chacun en organisant des événements calqués sur le principe d’une silent party, avec une belle touche artistique. Les participants, munis de casques audio, se mettent à réaliser une chorégraphie ensemble mais à distance, afin de respecter les gestes barrières. Christelle Pinet invite donc ses élèves mais également tous ceux qui souhaitent participer, à danser et lutter à la fois. Un mail leur est adressé indiquant le lieu, la date et l’heure, la musique à avoir sur soi, sans oublier le masque. Des boums-flashs ont ainsi eu lieu parc Micaud, sur le parking de la Rodia, ou encore sur le parvis du CDN qui connaît lui aussi une activité de lutte importante. Les prochains lieux sont gardés secrets afin de maintenir l’effet de surprise.
Le phénomène gagne le Haut-Doubs puisqu’une boum-flash a été organisée sur les Rives du Doubs. Elle s’ajoute aux 11 éditions précédentes et devrait susciter des vocations. Ils n’étaient qu’une poignée ce 31 mars dernier mais l’effet boule de neige devrait faire son œuvre et les prochaines sessions verront très certainement le nombre de danseurs augmenter. La prochaine se tiendra-t-elle sur Pontarlier ? L’avenir nous le dira …