Haut-Doubs. Pontarlier. L’immobilier à Pontarlier : les avancées, les projets, les opérations en cours …

513
Entre chantiers en cours, démolition de bâtiments existants, réhabilitation de logements vétustes ...La ville de Pontarlier ne cesse d'évoluer et de proposer des solutions pour l'habitat urbain notamment. Image d'illustration.

Se loger sur Pontarlier n’est pas toujours évident, notamment en location où le marché est très tendu. Les projets naissent et des vastes opérations de financement sont en cours.

La ville connaît un certain dynamisme dans le secteur de l’immobilier. L’Îlot Saint Pierre continue de se monter avec, à son bord, de nombreux logements, dont certains à des tarifs attractifs, permettant aux non-frontaliers de devenir propriétaires. D’autres projets sont en cours comme par exemple, et nous vous en parlions il y a deux semaines, la réhabilitation de l’ancien hôtel Le Morteau en futurs appartements.
C’est une autre enseigne qui s’apprête à être supprimée pour laisser place à un programme immobilier de grande ampleur : le Spar, situé en face du cimetière Saint Roch, rue de Doubs plus précisément. Le bâtiment qui abritait la supérette mais également le tabac Jacquet va être complètement rasé, au profit d’un tout nouveau collectif. En tout, ce seront vingt-huit logements, allant du studio au T5 (une denrée rare !) qui s’offriront à la vente. Le promoteur souligne même qu’il y aura deux maisons sur le toit ! Les travaux débuteront le mois prochain et devraient durer quatorze mois en tout. Des parkings souterrains permettront aux résidents de se garer facilement.

Des nouveaux programmes qui pourraient faire grincer des dents. En effet, lors des municipales, l’opposition avait soulevé le problème des logements laissés vacants, notamment dans le centre-ville. Des habitations qui auraient besoin de travaux de réhabilitation et qui pourraient être une solution à deux problèmes majeurs : le logement des riverains qui peinent souvent à trouver des locations de grands appartements essentiellement ainsi que la désertification du centre-ville. Des programmes comme celui qui sort actuellement de terre ne s’adressent pas à toutes les bourses et de nombreuses personnes attendent, parfois depuis des années, qu’un appartement adapté à leur famille et leurs moyens, se libère. Une jeune maman pontissalienne, qui souhaite rester anonyme, avouait il y a quelques temps : « J’ai trois enfants et deux chambres seulement. J’ai cherché un F4 pendant plusieurs mois mais j’ai fini par abandonner. C’était soit trop cher, soit trop loin, soit en mauvais état …Je ne suis pas difficile mais je ne vais pas habiter n’importe où non plus, surtout seule avec mes enfants. »
Un problème que la municipalité prend très à cœur, comme l’explique Didier Chauvin, adjoint en charge de l’urbanisme à Pontarlier : « Nous sommes aux prémices d’une vaste enquête préliminaire permettant de définir précisément quels sont les besoins en termes de réhabilitation, dans les logements laissés vacants en centre-ville. Le taux de vacances est de 7.7%, ce qui est assez peu en comparaison à d’autres villes de la région. Toutefois, nous ne les négligeons pas et mettons sur pied une vaste opération d’aides financières à destination des propriétaires et bailleurs qui devraient effectuer des travaux au sein des logements. Cela concerne de nombreux aspects : la mise en conformité à destination des personnes à mobilité réduite, la réfection des salles de bains, la plomberie, les menuiseries, l’isolation et même l’esthétique ! Le champ d’actions est très vaste et l’enquête préliminaire initiale permettant de tous les recenser et les définir va prendre plusieurs mois. Ce n’est qu’à la restitution de cette enquête que nous pourrons déterminer le montant global des travaux à effectuer et des aides que nous pourrons débloquer, en partenariat avec le département. » L’élu souligne que les logements laissés vacants le sont majoritairement pour des raisons de vétusté. « En l’état, ils ne sont pas habitables. Ils nécessitent des travaux importants pour la plupart, dont les coûts, élevés, ne peuvent être supportés par tous. C’est pourquoi nous mettons tout en œuvre pour permettre leur réalisation, via des aides financières à destination des propriétaires. » Une telle opération s’étalera sur 5 à 6 ans et devrait permettre de soulager un marché locatif des plus tendus sur Pontarlier. Propriétaires et bailleurs sont donc invités à prendre connaissance de ce programme auprès de la municipalité afin d’y participer massivement.

Certains logements n’auront besoin que d’un bon coup de peinture. Pour d’autres, les travaux s’annoncent bien plus conséquents