Haut-Doubs. Pontarlier. Tout schuss pour Lou Jeanmonnot

141
22.01.21, Arber, Germany (GER): Lou Jeanmonnot (FRA) - IBU Cup Biathlon, sprint women 2, Arber (GER). www.biathlonworld.com © Deubert/IBU. Handout picture by the International Biathlon Union. For editorial use only. Resale or distribution is prohibited.

La jeune biathlète Lou Jeanmonnot fait des étincelles lors des championnats du monde dont la dernière étape vient tout juste de se terminer à Ostersund, en Suède.

Lou Jeanmonnot est née à Pontarlier en octobre 1998 et est montée sur ses premiers skis à l’âge de 6 ans. Cette habitante du Haut-Doubs a toujours côtoyé les sommets de nos montagnes, dont elle arpente les pistes enneigées depuis son plus jeune âge. Le biathlon est une discipline qui l’attire et en 2012, elle se lance dans ce sport, sans carabine. Elle ne pourra tenir sa 22 long rifle qu’à l’âge de 15 ans. Elle a débuté auprès de l’Olympic Mont d’Or avant d’intégrer le comité départemental puis le comité régional. Une ascension irrésistible qui la mène vers les sommets.
Elle décroche sa première médaille d’or à la poursuite, lors du festival olympique de la jeunesse européenne en 2015. Puis, elle enchaîne les performances et les podiums avant de plonger dans le grand bain dans lequel elle baigne depuis plusieurs jours : les championnats du monde. « Je n’y suis pas allée en étant vraiment stressée, concède Lou. J’étais juste super heureuse d’être là, de participer à cet énorme évènement. J’ai tout donné et ça a payé ! Je suis plutôt fière de ce que j’ai accompli ! » Une fierté qu’elle partage avec ses camarades, Anaïs Bescond et Justine Braisaz. « Je profite à fond de tous ces instants qui me sont offerts, c’est tout du bonus ! » Un état d’esprit positif qui permet à Lou de se hisser parmi les meilleures tireuses de la compétition, sans stress, malgré la crise sanitaire qui rôde : « Nous sommes dépistées toutes les 72 heures ! C’est obligatoire pour pouvoir continuer la compétition. Et pour le moment, hormis un coach d’une équipe adverse, il n’y a eu aucun cas ! » La compétition vient tout juste de s’achever et Lou pense déjà à la suite : « Le 27 mars, je participerai, si tout va bien, à un mass start aux Contamines-Montjoie. Puis, ce sera repos durant le mois d’Avril. J’espère que je pourrai retrouver mes amis, histoire de décompresser un peu ! »
Bien entourée de sa famille, de ses amis et de ses coachs, Lou entend bien continuer sur cette voie de la performance et recherche des sponsors pour la saison prochaine. Avis aux amateurs !