Haut-Doubs. Réouverture des restaurants : une nouvelle plutôt bien reçue

247
De bons petits plats à déguster..à distance raisonnable !

Les professionnels l’attendaient quand même, mais avec des règles assouplies. La réouverture des bars et restaurants a été possible dès lundi 2 juin dernier, avec des règles sanitaires strictes, difficiles voire impossibles à mettre en place pour de nombreux acteurs de la profession.

Bien sûr, il y a le soulagement. Après deux mois d’arrêt, ou presque, les restaurateurs sont majoritairement heureux de pouvoir rouvrir leurs portes au public. “Nous avons été à l’arrêt complet pendant huit semaines, témoigne Maryline Gadea-Alexandre de l’Imprévu à Gilley. Il était temps de rouvrir ! Nous déplorons juste, Franck et moi, le peu de temps octroyé entre l’annonce de la réouverture possible et le jour J. Nous n’avons pas eu assez de deux jours pour nous réapprovisionner, c’est pourquoi nous n’avons pu accueillir la clientèle qu’à partir de vendredi 5 juin.” Les règles sanitaires seront bien entendu respectées et c’est un point d’honneur sur lesquels Franck et Maryline insistent, tout comme Éliane et Christophe Colard, du restaurant La Chaumière, aux Hôpitaux-Neufs : “Nous porterons le masque en continu et mettons du gel hydroalcoolique à disposition dans tout le restaurant, assure la gérante. Nous avons affiché les règles dans le restaurant et espacé suffisamment les tables pour répondre aux exigences sanitaires. Nous allons effectuer des nettoyages poussés entre chaque service. Seul point noir : les toilettes. Nous réfléchissons encore à la façon d’indiquer la présence d’un client à l’intérieur. Quant au fléchage au sol, au vu de la configuration de nos salles, il n’est absolument pas cohérent !”
Le port du masque, obligatoire et indispensable au personnel comme aux clients, pose toutefois quelques soucis : “Il fait chaud dessous !, souligne Maryline. Surtout en cuisine ! Et en plus, on ne va pas se mentir, on perd en convivialité !”
Une perte de convivialité qui se fera surtout ressentir dans les bars. Les règles seront particulièrement rédhibitoires pour certains professionnels qui ne cachent pas leur inquiétude et indiquent même hésiter à rouvrir leurs portes par crainte d’une perte de chiffres d’affaires plus importante qu’un gain tronqué par une affluence fortement impactée. Surtout que la reprise signe la fin des aides octroyées par l’Etat et que désormais, il faudra compter sur des rentrées d’argent qui, aux yeux de certains professionnels, risquent de ne pas être suffisantes.
Toutefois, les restaurateurs interrogés s’accordent tous à dire qu’il vaut mieux, en ce qui les concerne, fonctionner un tant soit peu au ralenti que de ne pas ouvrir du tout. A la Chaumière comme à l’Imprévu, la configuration des salles permet l’espacement suffisant pour maintenir un nombre de couverts suffisants à leur bon fonctionnement.

Des clients prêts, d’autres hésitants

Fabienne est catégorique : « Je n’y retournerai pas avant que les règles ne s’assouplissent. Je ne crains pas d’être contaminée mais plutôt de me sentir mal à l’aise, en raison des masques et de la distanciation sociale … Je serai patiente en espérant que tout revienne à la normale. » Christine est plus modérée : « Je compte bien y retourner mais seulement en terrasse et dans les établissements que je connais déjà et en qui j’ai totale confiance. » Séverine, quant à elle, entend bien reprendre une vie normale et affirme faire totalement confiance aux professionnels du secteur concernant la sécurité sanitaire.
Quant à Gaëlle et Magalie, toutes deux originaires du Haut-Doubs, elles entendent afficher clairement afficher leur soutien aux restaurateurs en reprenant la direction des meilleures tables du secteur.