Haut-Doubs. Sur les sentiers du Plateau du Russey

157
Des reproductions des oeuvres du peintre permettent de rédécouvrir les sources d'inspiration d'Isenbart.

En plus de ses nombreux points de vue permettant d’admirer les vallées du Doubs et du Dessoubre ainsi que la Suisse voisine, le plateau du Russey a de quoi séduire les randonneurs, qu’ils souhaitent développer la tête ou les jambes !

Quelques 150 kilomètres de sentiers pédestres balisés et entretenus sont à disposition des amoureux de la nature qui souhaitent découvrir le plateau du Russey. Des parcours reconnus et validés par l’Union de la Randonnée Verte du Doubs (URV) et qui font partie du vaste réseau de sentiers du Pays Horloger. De quoi satisfaire un randonneur averti, un randonneur occasionnel ou tout simplement pour une famille avec enfants pour une petite sortie tranquille. Dans chaque cas c’est aussi l’occasion d’observer des fermes comtois à tuyé, des chevaux comtois et des vaches Montbéliardes qui animent ce décor champêtre où forêts de sapins, étangs, tourbières et gentianes jaunes dessinent un paysage souligné par de nombreux murs en pierres sèches. Joli tableau. Pas étonnant qu’un peintre comme Emile Isenbart, peintre paysagiste bisontin du XIXème siècle, ait souvent posé ici son chevalet qui permet aujourd’hui à la Communauté de Communes du Plateau du Russey (CCPR) d’offrir aux marcheurs une palette de découvertes grâce à un sentier de 7 km. À travers des reproductions de ses œuvres, ce parcours a été aménagé pour admirer les caractéristiques naturelles du secteur ainsi que les activités anciennes des montagnons.

Toujours dans cet esprit de marcher tout en se cultivant, un parcours d’orientation permanent est en place sur les communes du Russey et de Bonnétage. « La nature sans perdre le nord » permet en courant ou en marchant, seul ou en famille, de trouver des balises en suivant un des quatre parcours thématiques : Mes amis les z’animaux et les plantes ; Comment l’homme gère-t-il la forêt ? Partons à la découverte de la géologie ; Partons à la découverte du patrimoine humain.

Pour les plus sportifs, en plus du parcours spécifique qui leur est dédié dans la forêt de la Grande Aige au Luhier avec 17 agrès répartis sur une distance de 2.2 kilomètres, ils trouveront aussi de quoi faire sur le territoire de la CCPR avec un dénivelé plus important et de nombreux itinéraires menant vers les vallées sauvages du Dessoubre et du Doubs où cascades, escarpements calcaires, reculées et gorges sauvages pour agrémenter leur sortie.