Haut-Doubs. Un Noël pas comme les autres

623
Ce Noël version 2020 sera sans nul doute bien différent des années précédentes. Outre le fait que les réunions de famille seront réduites pour une grande majorité d'entre nous, ces fêtes de fin d'année seront surtout placées sous le signe de la générosité et de la solidarité.

Décidément, cette année 2020 ne nous aura rien épargné. Bien que la bride soit légèrement relâchée pour les fêtes de fin d’année, les réunions de famille ne seront pas légion pour la grande majorité d’entre nous et l’esprit de Noël peine à s’immiscer, bien que les communes et les commerçants donnent leur maximum pour apporter un peu de magie.

Dans la majorité des villes, et même des villages, les illuminations de Noël ont déjà été installées et brillent de mille feux une fois le soleil couché. Une ambiance bien spécifique de fin d’année qui apporte un peu de gaieté et un semblant de presque-normalité dans un monde qui ne tourne plus très rond. Fort heureusement, la permission donnée aux commerçants de rouvrir permet à tous de déambuler dans les rues des villes de notre département parmi des vitrines joliment décorées aux couleurs de Noël. L’argenté côtoie harmonieusement le doré et le rouge, tandis que les sapins apportent une touche de vert et embaument les échoppes de leur senteur boisée. Nombre de communes, à l’instar de Pontarlier, Morteau, Maîche, Ornans et Valdahon, n’ont pas lésiné sur les moyens pour attirer le chaland. Ainsi, des opérations commerciales ont été menées et sont même encore d’actualité, comme à Maîche où chaque achat de chèque cadeaux permet de remporter 50% supplémentaires (voir article en vie locale de Maîche). A Pontarlier, l’opération similaire menée par l’association de Commerce Grand Pontarlier avait permis de distribuer 90 000€ de chèques cadeaux supplémentaires en moins de cinq minutes ! Une véritable réussite qui montre la solidarité des clients envers leurs commerçants et l’attractivité des commerces locaux. Ces actions ont pu être mises sur pied grâce au soutien financier des communes et des communautés de communes, très actives dans le dynamisme économique du secteur qu’elles défendent.
Esprit de Noël, es-tu là ?
On pourrait se poser la question tant la morosité actuelle due à la crise sanitaire ne pousse pas vraiment à succomber à la féérie de Noël. « Je n’ai pas encore fait mon sapin cette année et même pas commencé les cadeaux, explique Ariane*, une maman pontissalienne de trois enfants. J’ai pas d’idée, pas d’envie alors que mes enfants n’attendent que ça ! Je vais donc bientôt décorer la maison mais si j’avais été seule, je ne me serais pas posé de questions alors que les années précédentes, j’aimais bien préparer les fêtes … ! » Même son de cloche pour Magaly, maman de quatre garçons qui voit Noël « avec ses enfants, un verre de vin et un film de Noël ! » On est loin des agapes habituelles que l’on rencontre souvent en cette fin d’année. De plus, la raison est de mise, notamment vis-à-vis des aïeuls, comme nous le confie Nelly : « Nous le ferons en famille très réduite, c’est-à-dire nous quatre. Nous ne verrons très certainement pas les grands-parents cette année et nous nous retrouverons pour Noël l’année prochaine, en espérant que cette histoire soit derrière nous. » Pour Chrystelle et Marion en revanche, pas de changement : « Nous nous retrouverons en famille, tout en prenant des précautions. » Pour Marion, par exemple, ce sera test PCR avant toute retrouvaille.
Pour certaines familles, Noël est un événement à ne pas manquer et certains ont même largement anticipé le réveillon en installant leur sapin … en Novembre. Sur la toile et les réseaux sociaux, des exemples de sapins déjà décorés fleurissent massivement, comme pour conjurer la grisaille actuelle. A en croire leurs écrits, certains affirment vivre les fêtes de fin d’année comme une véritable thérapie, la magie de Noël l’emportant sur tout le reste. Ils chassent les idées noires à grands coups de guirlandes et de boules colorées. Une parenthèse enchantée que certains d’entre nous étirent le plus loin possible dans le temps, parfois même jusqu’à fin janvier.
Un Noël toujours plus solidaire
Peut-être un peu plus que les autres années, ce Noël s’avère être davantage nimbé de solidarité que les années précédentes. L’annulation des marchés de Noël ont poussé de nombreux internautes à créer des marches virtuels, sur les réseaux sociaux. Véritables phénomènes de société, ces groupes à consonance locale drainent un public de plus en plus large et suscite un vif intérêt. Autre preuve de la générosité de tous : les boîtes de chaussures garnies de petits cadeaux à destination de plus démunis. Créée par la haut-doubiste Mélanie Dulize, cette immense chaîne de solidarité a fait le tour de France et ce sont aujourd’hui des dizaines de milliers de boîtes qui seront prochainement distribuées par les associations à qui elles sont remises.

Les vitrines se parent de leurs plus belles couleurs comme ici, au coeur de Pontarlier