Haut-Doubs. Une rentrée des classes pas comme les autres

269
L'heure de la rentrée va bientôt sonner pour les quelques 100 000 élèves doubistes du primaire et du secondaire. Une rentrée scolaire un peu différente, qui côtoie l'excitation de retrouver les copains et la crainte d'un virus omniprésent. Le protocole d'accueil a certes été assoupli mais il est toujours en vigueur.

Pour les plus jeunes, l’excitation est toujours la même : le cartable se remplit du matériel scolaire récupéré de l’année précédente ou bien fraîchement acheté et on s’interroge déjà sur la tenue que l’on mettra pour retrouver les copains.

Mais la rentrée des classes 2020 s’annonce différente pour les parents comme pour les enseignants.
Pour les premiers, c’est une sorte d’inquiétude qui continue à planer, à l’instar de Magaly qui “appréhende un éventuel retour au télé-enseignement”. Cette maman de deux enfants ne cache pas son envie de voir ses petits écoliers reprendre le chemin de l’école, après 5 mois non-stop passés avec eux. “Eux, en revanche, auraient bien aimé me voir passer à l’enseignement à domicile de façon permanente !” conclut-elle dans un sourire.
Une éventualité que, pour le moment, le gouvernement n’évoque pas. Dans ses directives émises le 10 juillet dernier, dans une note officielle, il explique clairement le protocole à respecter par le corps enseignant.
A commencer par le fameux port du masque, obligatoire pour les professeurs, ainsi que les enfants de plus de 11 ans, lors des déplacements et lorsque la distanciation physique n’est pas possible. Pour ce faire, le ministère de l’Éducation Nationale, de la Jeunesse et des Sports met deux masques grand public par jour à disposition de ses agents. Il n’est toutefois pas obligatoire pour les enseignants en école maternelle ou lorsque le professeur se trouve à plus d’un mètre de distance de ses élèves.
Les écoliers de maternelle ne doivent pas porter de masque tandis que ceux d’élémentaire pourraient y avoir recours en cas d’apparition de symptômes et dans l’attente de leur départ de l’école. Quant aux collégiens et lycéens, la norme est la même que pour les enseignants, en lieu clos et extérieur.

Le lavage des mains est lui-aussi au cœur des préoccupations en cette rentrée 2020. Des affiches expliquant clairement la façon de procéder sont mises à disposition des établissements. Le lavage des mains doit être réalisé à minima dès l’arrivée dans l’établissement, avant les repas, après être allé aux toilettes et avant le retour au domicile. Les plus petits seront aidés dans cette tâche.

Quant aux locaux et matériels, ils seront désinfectés au moins une fois par jour. La nouveauté de cette rentrée, par rapport à juin dernier, consiste en la possibilité d’utiliser le matériel de classe : ballon, crayons, puzzle, livres … Quant aux enfants, ils pourront jouer librement dans la cour de récréation. De bonnes parties de chat perché en perspective !

Pas de pré-rentrée

Pour les parents d’élèves de petite-section notamment, l’angoisse est un peu plus palpable, comme nous le confie Éléonore dont le petit Samuel doit prendre le chemin de l’école pour la première fois : « J’appréhende bien plus que pour ses sœurs. Il n’a pas pu faire de pré-visite. Je ne sais pas si cela aura une grande importance pour lui le jour de la rentrée mais moi, ça me tracasse.” Même son de cloche pour toutes les “grandes” rentrées : CP et 6e. Les visites d’établissement traditionnelles n’ont pas pu se faire et les plus grands élèves s’en retrouvent un peu angoissés. Louis n’a que 6 ans mais il exprime déjà ses peurs par des maux de ventre, comme l’explique sa maman, mais aussi par ses mots : “Je ne connais pas du tout l’école ni les maîtresses. J’aurais bien aimé y aller avant. Ca m’inquiète un peu. Même si je sais que je retrouverai mes copains …”

Une aide inattendue et bienvenue

En réponse à la crise sanitaire et économique que traverse le monde entier et, à fortiori, le pays, l’État a pris la décision de donner un coup de pouce supplémentaire aux foyers modestes en ajoutant 100€ à la prime de rentrée scolaire. La fameuse prime qui enflamme les passions sur les réseaux sociaux mais sur laquelle compte la grande majorité des parents pour vêtir leurs enfants qui ont profité de l’été pour pousser comme des champignons et prendre trois pointures. En élémentaire, les parents dépensent en moyenne 160€* par élève, en fournitures, vêtements et assurances scolaires. A cela s’ajoutent les frais inhérents aux activités extrascolaires : cotisation, tenue … Le budget a quant à lui bien augmenté au collège avec plus de 360€ par enfant. A l’arrivée au lycée, on frôle les 400€, bien que ce chiffre accuse une tendance à la baisse, en raison de la réutilisation du matériel des années précédentes. La prime de rentrée scolaire est basée sur ces données. Sa revalorisation a été décidée en raison des difficultés financières rencontrées par une grande majorité des français durant cette période de crise. Bien qu’elle fasse grincer des dents de beaucoup de personnes (non bénéficiaires généralement!), elle est vivement appréciée par ces foyers modestes qui voient en elle une bulle d’oxygène nécessaire à une rentrée scolaire sereine durant laquelle leurs enfants ne manqueront de rien.

*Confédération Syndicale des Familles, chiffres 2019

La rentrée des classes est fixée au 1er septembre