Haut-Doubs. Vaccination : « Les gens ont joué le jeu pour deux doses mais ne veulent pas de rappel »

Les annonces d'Emmanuel Macron le 9 novembre dernier concernant la vaccination et le rappel obligatoire pour les personnes de plus de 65 ans, annonçaient un nouveau pic de rendez-vous au centre de vaccination de Pontarlier. S'il a eu lieu, l'effet ne semble pas prendre sur le long terme et les résultats ne sont pour l'instant, pas escomptés.

102
Le centre de vaccination de l’Espace Pourny sera déplacé au Théâtre Blier à partir du 20 octobre 2021.

Depuis le 20 octobre, le centre de vaccination de Pontarlier a déménagé au Théâtre Blier face à la baisse de vaccination conséquente au cours des derniers mois. Mais l’obligation d’un rappel vaccinal pour les personnes âgées de plus de 65 ans annonçait une recrudescence de rendez-vous. Si Laure Jagiello, responsable du centre de vaccination, a pu constater ce nouveau pic, il semble déjà retomber.  » Avec l’annonce du Président de la République le 9 novembre dernier, le nombre de rendez-vous avait doublé. Avant son allocution nous étions à 500 rendez-vous par semaine, alors qu’aujourd’hui nous sommes un peu plus de 1000. Nous avons remis en place une deuxième ligne de vaccination, rappelé les équipes de soins. Cela a duré une dizaine de jour et depuis une semaine le nombre de rendez-vous chute à nouveau. »

60 à 70 rendez-vous sont pour des premières doses

Ce regain de fréquentation n’est pas uniquement dû aux nouvelles mesures. Des personnes non-vaccinées jusqu’à présent ont franchi le pas comme le confirme Laure Jagiello.  » Nous avons en moyenne 60 à 70 nouvelles vaccinations par semaine, ce n’est pas énorme mais ça repart doucement. Les D3 (pour dose 3 NDLR), c’est à dire les personnes âgées de plus de 65 ans mais aussi toutes celles pour qui cette dose de rappel est déjà recommandée, peinent à venir. Pour la majorité des personnes âgées, leur deuxième injection date de plus de 6 mois et pour l’instant il n’y a pas les résultats escomptés. Les gens ont joué le jeu pour deux doses, mais la mauvaise communication dès le départ fait qu’ils ne sont pas prêts à accepter que ce vaccin nécessite des rappels réguliers. Nous découvrons tous aussi l’évolution de la crise sanitaire. »

 » La troisième dose risque de ne pas suffire »

La fermeture du centre initialement prévue le 31 décembre, va être repoussée au 31 mars 2022. Une décision en parti liée aussi aux demandes des professionnels de santé du monde libéral.  » Ils ne se voient pas absorber cette vaccination. Quand un médecin commande une dose de vaccin, il en reçoit 7, donc il faut trouver d’autres patients très rapidement. Ça nous re-mobilise si cette campagne a du sens et que les gens répondent. Si les médecins doivent se tourner les pouces entre chaque rendez-vous, ça ne motive personne à venir. Nous aimerions aussi mettre le mot « fin » sur ce centre, mais les prémices de la 5e vague et les chiffres inquiétants dans notre département empêchent la fermeture. Il faudrait peut-être réfléchir à une vaccination sur le long terme et non plus avec des centres de vaccinations qui devaient être temporaires. Il faut être aussi honnête avec les gens, la troisième dose ne risque pas non plus de suffire. Les laboratoires n’annoncent pas, du moins pour le moment, une solution avec un vaccin mono-dose. », poursuit Laure Jagiello. A mesure que le gouvernement français abaisse peu à peu l’âge de l’obligation du premier rappel, la fréquentation du centre devrait à nouveau ré-augmenter. Les doses elles, ne sont plus que des Pfizer.

Encadré : Pour la 3e dose, vous pouvez attendre 6 mois et 5 semaines 
L’annonce de l’obligation d’avoir reçu une troisième dose pour conserver son pass sanitaire a été mal perçue par les plus de 65 ans, confirme Laure Jagiello. Si la majorité de cette catégorie a eu son rappel en mai, d’autres l’ont reçu plus tard, repoussant ainsi le délais des 6 mois entre la vaccination complète et ce premier rappel. Dès lors que votre deuxième dose ne date pas de plus de 6 mois et 5 semaines, comme l’indique le site du gouvernement, votre pass sanitaire reste valide. Exemple : vous avez reçu votre rappel le 20 août alors votre pass sanitaire restera valide jusqu’au mois de mars 2022.
Seule exception : les personnes vaccinées avec le vaccin Janssen devront avoir reçu leur dose de rappel deux mois après l’injection de leur monodose.

Martin SAUSSARD