Haut-Doubs. Valdahon : la ville a pris des couleurs

72
Il suffit de se balader en ville pour apprécier le fleurissement.

Il suffit de traverser Valdahon ou d’y circuler pour apprécier les efforts consentis en matière de fleurissement. Une démarche qui en plus d’être esthétique, est écologique.

Le bourg-centre des portes du Haut-Doubs assure son fleurissement avec 189 m² de serres avec pas moins de 5000 plantes annuelles et 9000 bulbes de tulipes dont 8000 achetés. De quoi alimenter les 500 m2 de massifs, ces espaces verts qui d’une part contribuent à améliorer le cadre de vie des habitants et de l’attractivité de Valdahon. Aster, achillée, campanule, uncinia, festuca glauca, acanthe, delphinium, salvia, coréopsis, impérata red baron… les services municipaux jouent la diversité pour mettre des touches de couleurs dans toute la ville avec toutefois une ligne de conduite bien précise : l’utilisation prioritaire de plantes vivaces. Celles-ci présentent de nombreux avantages dont leur résistance aux nuisibles et leur faible besoin en eau. Pour certains massifs, un seul arrosage par semaine peut suffire. Paillage, engrais naturel, absence de pesticides… ici, le choix est clair : on embellit la ville, mais pas à n’importe quel prix. Pas au détriment de l’environnement mais au contraire dans le respect de celui-ci. Les critères essentiels du développement durable sont respectés.

Tous ces efforts valent pour l’instant à la ville d’être lauréate de 2 fleurs au concours des Villes et Villages Fleuris. Un label dont l’histoire remonte à l’après-guerre, au début des années 50 quand en Alsace une commune désamorça près de 4 000 mines qu’elle décida de remplacer par autant de plantes. A la place de chaque engin de mort, une fleur.