Haut-Doubs. Valdahon, ville sans tabac

156
La ville affiche clairement son ambition.

Le tabagisme est une addiction contre laquelle la ville de Valdahon souhaitait lutter en protégeant notamment les enfants. Avec l’obtention de ce label elle devient une pionnière en Bourgogne Franche-Comté !

« Valdahon est la première commune de la Région à obtenir le label “Espace sans tabac” par la Ligue contre le cancer ! » se félicitent les élus de la ville dont en premier lieu Sylvie Le Hir, maire, en première ligne sur ce dossier de santé publique. Tout a commencé par les doléances reçues par des parents d’élèves excédés de voir certains fumer sans retenue devant les établissements scolaires et les lieux où se trouvent les plus jeunes. Des faits confirmés par les agents municipaux qui ont eux aussi fait remonter cette information aux élus. La décision a donc été prise de se rapprocher de la Ligue Contre le Cancer pour connaître les actions possibles. L’association a alors proposé à la ville de Valdahon de devenir la première commune de la région à obtenir son label « espace public sans tabac », la collectivité se montrant ainsi soucieuse du bien-être et de la santé de ses concitoyens. Madame le maire a par ailleurs pris un arrêté municipal pour lutter contre le tabagisme, localisant précisément cette interdiction aux lieux très fréquentés par les enfants : les abords des écoles, les aires de jeux et les structures d’accueil de l’enfance et de la petite enfance. Plus concrètement, devant le collège Edgar Faure, devant les écoles maternelles Monnet et Lavoisier, devant les écoles élémentaires St-Exupéry et Lavoisier, devant l’accueil de loisirs et périscolaires et la Maison de l’Enfance ainsi que les aires de jeux de l’Église, des Malpommiers et Notre-Dame.
« Par cette action, la ville souhaite « dénormaliser » l’usage de la cigarette. Fumer ne devrait pas être considéré par les enfants comme un acte normal car le tabac n’est pas un produit commercial comme les autres ». Si la sensibilisation reste l’objectif premier, un décret permet également à la police municipale de verbaliser par une amende de classe 1 à hauteur de 38€ pour chaque infraction constatée. Mais c’est avant tout une action civique et pédagogique que la ville espère mener avec sans doute dans les mois à venir, dès que la situation sanitaire le permettra, des conférences, expositions et événements pour convaincre les plus jeunes de ne pas commencer et les autres d’arrêter.

La communication municipale se met d’ores et déjà en place via les supports habituels. Des affiches seront placées sur les lieux identifiés et un marquage au sol effectué. Avec un démarrage officiel du dispositif le 1er novembre, premier jour du mois sans tabac, opération nationale qui aura ici cette année encore plus de sens.