Haut-Doubs. Vernierfontaine. Les cerfs évadés refont parler d’eux

124
Après 18 mois de cavale, une vingtaine d'animaux manquait à l'appel.

Tout le monde se souvient de la fuite de ces animaux d’élevage en septembre 2018. Certains d’entre eux étaient rentrés d’eux-mêmes dans l’enclos. D’autres vadrouillaient encore. Plus pour longtemps !

Au total, une centaine de cerfs s’était échappée de l’élevage situé à Vernierfonatine non loin de Valdahon et Orchamps-Vennes. Evasion rendue possible suite à une intervention humaine puisque l’enclos avait été vandalisé et la clôture coupée. Mais depuis, une vingtaine restaient dans la nature en liberté au milieu de la faune sauvage.
La décision a donc été prise officiellement il y a quelques jours par un arrêté de la Direction Départementale des Territoires (DDT) du Doubs : 24 cervidés vont être abattus. L’administration concernée explique que l’apport d’animaux supplémentaires dans une même zone n’a rien de naturel et que déjà, dans ce secteur, il y a des dégâts avec cette population naturelle. L’objectif est donc d’éviter une aggravation de cette situation.
Concrètement, les premiers tirs ont déjà eu lieu. Ils sont réalisés de nuit, à la carabine, à l’aide de véhicules et d’un phare amovible pour éclairer.  La situation irrite les chasseurs qui ont réagi par communiqué : “Les chasseurs se posent beaucoup de questions. En 2020, alors que l’on parle de bien-être animal, comment pouvons-nous parler de destruction d’une espèce ?”, “On parle d’éthique de la chasse, c’est-à-dire de régulariser une population, pas de la décimer, non ?”. Quant à la fédération de chasse, elle déplore le calendrier choisi avec cette intervention en plein mois de janvier, avant même la fin de la saison de chasse.