Incendie de Planoise, le jour d’après

167
Jean-Louis Fousseret maire de Besançon, Joël Mathurin Préfet du Doubs, Jean Richert Directeur de cabinet du préfet et Stéphane Beaudoux Contrôleur général du SDIS25
Jean-Louis Fousseret maire de Besançon, Joël Mathurin Préfet du Doubs, Jean Richert Directeur de cabinet du préfet et Stéphane Beaudoux Contrôleur général du SDIS25 ©YQ

La place Cassin se remet difficilement de l’incendie criminel qui a détruit le parking souterrain et endommagé les commerces du centre commercial. Il faudra beaucoup de temps pour redonner à ce quartier de Planoise son animation commerciale et un sentiment de sécurité pour les habitants.

Une conférence de presse ce jeudi 2 janvier réunissait autour Joël Mathurin, préfet du Doubs et Jean-Louis Fousseret le maire de Besançon, tous les services de l’Etat et de la ville mobilisés pour agir au plus vite pour les victimes de cette nouvelle barbarie.

70 emplois perdus

C’est tout le centre commercial de la place Cassin qui a été fermé dans la matinée du 31 décembre et l’ensemble des salariés évacués. Intermarché, pharmacie, cafés, salon de coiffure, ce sont 60 à 70 emplois qui sont impactés durablement. Une cellule opérationnelle depuis le 2 janvier accompagne tous les commerçants pour leur apporter des réponses rapides. La Direccte, le service des impôts et l’URSSAF sont mobilisés pour mettre en place du chômage partiel, échelonner le paiement des impôts et cotisations sociales des entreprises. La situation est particulièrement dramatique pour l’Intermarché le jour du réveillon du 31 décembre. Les demandes seront traitées au cas par cas. Compte tenu du temps long des expertises sur les bâtiments, les services de la Ville seront aux côtés des commerçants pour trouver des solutions provisoires aptes à poursuivre l’activité commerciale et continuer de servir les habitants du quartier. Le préfet et le maire ont rappelé qu’il était impératif que chaque commerçant dépose plainte sans délai auprès du commissariat de Planoise ou celui de la Gare d’eau en téléphonant au n° dédié aux victimes 03 81 21 11 22

159 véhicules détruits

C’est le décompte final des voitures totalement détruites. Une centaine a été recensée dans la zone de la fourrière d’où est parti le feu, 59 dans la zone du parking public. 255 véhicules n’ont pas été endommagés ou sont visuellement en état. Toutefois, aucun véhicule ne peut être rendu à son propriétaire pour le moment. Ils vont être extraits du parking et entreposés ailleurs où ils seront expertisés. Comme pour les commerçants, les autorités insistent sur l’importance pour tous les propriétaires des véhicules de porter plainte dans les commissariats de Besançon et de téléphoner au n° dédié aux victimes 03 81 21 11 22.

Risques pour l’environnement

L’ARS (Agence Régionale de Santé) a informé les habitants riverains du sinistre de nettoyer les traces de suie dans les appartements, les vitres et les terrasses. L’ARS recommande également de nettoyer les jouets des enfants qui auraient pu être pollués par les suies de l’incendie. A compter du 3 janvier, une évaluation précise sera faite de la zone impactée. S’agissant de la qualité de l’air, l’impact a été très faible selon ATMO Franche-Comté. La question se pose également de la présence d’éventuelles particules d’amiante dans l’air.

L’avenir du centre commercial en question

A ce jour, il est impossible de savoir si la structure des bâtiments a souffert de la chaleur de l’incendie. Dès le 3 janvier, des experts vont intervenir sur l’ensemble du site et particulièrement sur la dalle qui recouvre le parking. Trois options sont d’ores et déjà envisagées : soit la dalle a tenu, soit des travaux de renforcement sont indispensables, soit enfin il faut envisager la démolition. Clairement, ce sont plusieurs semaines d’expertise qui vont être nécessaires et probablement un délai très long pour la réfection de l’ensemble des 14 000m² touchés.

La sécurité en question

Pour éviter le pillage des magasins, l’Intermarché a mis en place un gardiennage H24 avec une société privée. Il a été demandé à la police nationale de multiplier les patrouilles en coordination avec la police municipale au niveau du parking. L’enquête de police est

Pour les victimes, le parcours du combattant risque d’être long. Ils doivent prendre contact avec France Victimes 25 au 1Ter rue Victor Delavelle au 03 81 83 03 19 pour être accompagnés dans les démarches administratives et les relations avec les assurances.

Un fait divers qui a troublé le réveillon du jour de l’An pour des centaines de riverains. Un fait divers qui a mis encore à l’honneur l’excellent travail des sapeurs-pompiers qui ont mis leur vie en péril pour trois petits malfrats cagoulés qui voulaient incendier une voiture volée.

Yves Quemeneur