“J’aime mon commerce bisontin”

161
Commerc à Besançon
Benoît Vuillemin chargé de la commission commerce à la CCI, Dominique Roy Président de la CCI du Doubs, Jean-Louis Fousseret Maire de Besançon et Philippe Chevrier Directeur régional de la Banque Populaire ©YQ

“Encourager le commerce local” c’est la volonté affichée de Dominique Roy, le président de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Doubs.

La Chambre consulaire était entourée ce lundi 18 novembre de Jean-Louis Fousseret, Maire-Président de Grand Besançon Métropole et de Philippe Chevrier le directeur régional de la Banque Populaire de Bourgogne Franche-Comté. L’affaire des  « gilets jaunes », le développement anarchique des ventes en ligne avaient incité les commerçants et la Ville de Besançon à déposer un plan de revitalisation du centre-ville de plus de 200 000€ pour répondre à la baisse d’activité des commerces engendrée par les manifestations de la fin de l’année 2018 et début 2019. Comme l’a rappelé Dominique Roy “le chiffre d’affaires des commerçants bisontins a connu une chute de 30 à 50% dans la boucle et le commerce de périphérie”.

Faire des acheteurs des consom’acteurs

Consommateurs, commerçants, artisans, services publics constituent un éco-système de proximité indispensable pour la vie des territoires. A Grand Besançon Métropole, le tissu commercial représente 3 000 établissements dont 1 000 dans le centre-ville, et 11 000 collaborateurs. Le commerce, c’est un quart des emplois de la métropole.

“Une ville sans commerces, c’est une ville sans lien social, une ville qui meurt et ça je n’en veux pas” martèle Jean-Louis Fousseret.

Commerce à Besançon
“J’aime mon commerce bisontin, le commerce c’est la vie” ©YQ

Du 18 novembre au 1er décembre, une campagne de communication “j’aime mon commerce bisontin, j’aime ma ville” va se décliner sur les arrières des bus Ginko, sur les panneaux numériques de toute l’agglomération. Des sacs cabas en lin seront offerts aux visiteurs (une façon aussi d’éviter les sacs plastique) et des flyers distribués dans la rue. Cette campagne de 13 000€ est financée par l’Etat (8000€), par le Grand Besançon (1000€), la CCI (1000€) et la Banque Populaire de Bourgogne Franche-Comté (3000€).

Besançon, une ville où il fait bon habiter

“A Besançon, on est bien accueillis”. Ce sont les propos des potentiels investisseurs rapportés au maire de Besançon. “Quand il y a plus d’accueil, plus de service, ça participe à l’attractivité de toute l’agglomération” conclut Jean-Louis Fousseret.

Un commerce qui évolue

“Le numérique n’est pas l’ennemi du commerce de proximité, la technologie permet au contraire de mieux lutter contre les géants du web” veut assurer Dominique Roy. L’avenir est sans doute au “phygital” (contraction de physique et digital). Les commerçants de proximité sont des contributeurs aux services publics. Leur fiscalité est 8 fois supérieure à ce que paient les GAFA. Benoît Vuillemin qui anime une commission dédiée au commerce de centre-ville s’emporte “le commerce numérique cherche à lever des fonds, le commerce de proximité cherche à générer des marges pour rendre service à la population”.

Consommer local, c’est aussi un acte citoyen ont conclu en chœur les initiateurs de cette campagne. Aux clients de choisir ! Tout existe à proximité.

Yves Quemeneur