« Je ne peux pas laisser dire cela »

"Je ne peux pas laisser dire cela"

251
Etienne Manteaux, le Procureur de la République de Besançon, a fait une déclaration formelle sur l'état des procédures en cours dans l'affaire des empoisonnements imputés au docteur Péchier ©YQ

Etienne Manteaux a fait une déclaration formelle ce mercredi 6 octobre, en réponse aux avocats du Docteur Péchier qui ont laissé entendre que la tentative de suicide du médecin anesthésiste était liée à l’absence de procédures depuis 30 mois.

Le Procureur de la République de Besançon a listé par le menu tous les actes de procédures depuis la première ouverture d’information judiciaire en février 2017 menant à la mise en examen du médecin le 6 mars 2017.

Les 24 faits d’empoisonnement qui sont reprochés au docteur Péchier ont fait l’objet de nombreux actes de procédure, de recours, de demandes d’annulations. « La défense du docteur Péchier a tout contesté, c’est son droit. N’est-elle pas mal placé toutefois pour critiquer la longueur de l’affaire » s’est irrité le Procureur.

Après une première expertise diligentée par 3 experts en 2018, une contre-expertise « très lacunaire » selon les termes d’Etienne Manteaux a été rendue en octobre 2020, expertise inexploitable pour les magistrats instructeurs.

Un nouvel expert a été nommé par les juges d’instruction qui devrait rendre ses conclusions au mois de mai 2022, après un examen complet des faits reprochés au médecin anesthésiste auxquels s’est ajoutée une 25ème  suspicion d’empoisonnement suite à l’exhumation du corps d’un patient mort à la clinique Saint Vincent.

Pour le Procureur de la République « rien n’est à l’arrêt, l’instruction très complexe suit son cours ».

S’agissant de la tentative de suicide du docteur Péchier, le Procureur de la République a précisé que l’enquête était confiée au Parquet de Poitiers. Toutefois, il a apporté des précisions sur les conditions de sa tentative de suicide. Dans une lettre laissée à ses parents, le docteur Péchier précisait le 21 septembre « je veux mourir innocent ». Sa mère voyait couler son fils ! Le 30 septembre, alertée par les bruits dans la chambre de son fils, elle monte et le trouve sur le rebord de la fenêtre « Je n’en peux plus » dira-t-il avant de se jeter par la fenêtre. Fortement alcoolisé, le docteur Péchier a fait une chute de près de 4 mètres sur un sol en béton. Polytraumatisé, si ses jours ne sont plus en danger, il pourrait avoir des séquelles très importantes. « Si son décès aurait clôturé l’action publique, son état de santé même très grave devrait permettre son audition à l’issue de la troisième contre-expertise » a conclu le Procureur de la République.

Il faudra donc attendre le printemps prochain pour connaître…ou non…les conclusions de la troisième expertise et si celle-ci est de nature à renvoyer le docteur Péchier aux Assises pour les 25 empoisonnements qui lui sont reprochés.

Yves Quemeneur