Jean-Pierre Basselin, président du Comité Départemental de Randonnée Pédestre

126
Après les périodes de confinement, les gens ont besoin de grand air et de grands espaces. Ils veulent respirer ! On sent une nette reprise des adhésions et de la pratique de la rando en générale liée à cette envie de nature.

Que représente la randonnée pédestre aujourd’hui dans le Doubs ?

Le comité départemental dépend de la fédération française de randonnée pédestre qui est une fédération sportive non olympique. Nous sommes sans aucun doute les pratiquants qui disposent du plus grand terrain de sport puisque toute la nature est à notre portée. Dans le Doubs nous comptons 2000 licenciés. Des personnes en recherche d’activité et de convivialité puisque la randonnée se pratique généralement en groupe plutôt que seul. Comme l’affirme le dicton, seul on va plus vite mais ensemble on va plus loin… En plus, la randonnée fait partie des parties des activités recommandées par les médecins : la natation, le vélo ou la marche. Pour rester en bonne santé, il est en effet recommandé de marcher 30 minutes par jour.

Qui sont vos adhérents ?

Ce sont souvent des seniors qui sont attirés par le côté social de la discipline, luttant ainsi contre la solitude et l’isolement. La rando est synonyme d’échange, de convivialité et de partage. Par ailleurs, en disposant d’une licence, nous sommes assurés y compris contre les dommages que nous pouvons subir nous-mêmes contrairement à une simple responsabilité civile. Ce n’est pas anodin. Il est donc important d’adhérer, individuellement ou par le biais d’un club affilié.

Quel est le rôle du comité sur le terrain ?

Nous assurons le balisage des sentiers dans le cadre d’une convention avec le conseil départemental du Doubs. Ces sentiers dits d’itinérance sont matérialisés en blanc et rouge. Il existe aussi deux autres marquages : le jaune et rouge pour les sentiers de pays et le jaune et bleu pour les petites randonnées locales. Notre comité prend aussi en charge l’entretien des sentiers. Là, nos bénévoles doivent sortir débroussailleuses et sécateurs pour que les chemins soient bien visibles et sécurisés selon un plan d’entretien précis. Des séances de travail qui se terminent toujours par un pique-nique commun, dans la bonne humeur.

Convivialité…y compris avec les autres usagers ?

Entre tous les utilisateurs de la nature, qu’il s’agisse des vététistes ou des chasseurs, il est indispensable d’entretenir des relations cordiales et d’établir un certain respect. Ne serait-ce qu’en se saluant quand on se croise. En prenant l’autre en considération, on évite bien des problèmes et le dialogue restera toujours préférable au conflit. La nature est à tout le monde. En se parlant, comme dans le Doubs, tout se passe très bien.

Les randonneurs sont aussi invités à avoir une attitude exemplaire ?

Un code de bonne conduite a en effet été établi par la fédération. Il est connu de tous les randonneurs. Il faut être conscient qu’en randonnant, nous traversons des espaces qui sont parfois l’outil de travail de l’agriculteur ou du forestier et par exemple nous passons par de nombreuses pâtures avec du bétail. Il faut donc refermer soigneusement les barrières derrière soi. Afin de sécuriser la traversée des pâtures et en accord avec les propriétaires, le Comité installe des passes-clôtures. Également être maître des animaux de compagnie et les tenir en laisse en présence de troupeaux.

La rando peut même s’avérer un loisir comportant quelques risques d’autant plus quand le relief devient escarpé. Il nous incombe aussi de prendre toutes les précautions qui garantissent notre sécurité et celles des autres. Enfin, évidemment, le code de bonne conduite explique que la nature nous accueille et qu’il faut donc la respecter, c’est-à-dire n’abandonner aucun détritus.

Comment faire pour séduire un plus large public ?

Certains clubs développent des disciplines qui attirent notamment les plus jeunes. C’est le cas de la marche nordique. Le géocaching va également dans ce sens et intéresse un public plus familial. Nous travaillons aussi avec les écoles avec une action intitulée un chemin une école afin de réaliser ou la réhabiliter un itinéraire de randonnée pédestre ou utiliser un itinéraire existant à des fins pédagogiques, à proximité de l’établissement scolaire. Chaque année, nous avons également un partenariat localement avec l’union nationale du sport scolaire. Enfin, en éditant nos topoguides nous élargissons notre message. Tout cela pour rappeler que la randonnée pédestre peut être pratiquer par tous et près de chez soi !