Joyeuse Sainte-Barbe aux pompiers !

134
Le service départemental d'incendie et de secours du Doubs a célébré l'événement à Orchamps-Vennes.

Pompiers ou pas, tout le monde a déjà entendu parler de la Sainte-Barbe. Le 4 décembre, c’est la fête chez les pompiers. C’est un véritable temps fort de l’année simplement pour partager un bon repas dans une ambiance de franche camaraderie. Mais qui était cette sainte ?

Originaire d’Orient au milieu du IIIe siècle, Sainte Barbe a subi le martyre pour avoir refusé d’abjurer sa foi chrétienne. Elle a ensuite suscité diverses croyances et pratiques : les mineurs d’abord mais aussi les artificiers, les salpêtriers, les fondeurs, les couleuvriers, les arquebusiers et bien sûr les pompiers se sont mis sous sa protection. Tous les métiers en rapport avec la foudre et le feu se sont tournés vers celle-ci mais aussi les fourreurs, les pelletiers et les chapeliers ! Et bien d’autres encore ayant un lien plus ou moins lointain avec la légende de la Sainte Patronne.

Saint Barbe protège en fait de la « mâle-mort » c’est-à-dire la mort sans avoir reçu les derniers sacrements, ce qui interdisait aux fidèles d’être enterrés en chrétiens au Moyen-âge. Elle fut surnommée « la Sainte du feu ».

La fête de la Sainte Barbe chez les pompiers se généralise sous la Troisième République : cérémonie religieuse, banquet et bal étaient de mise. La dimension festive se retrouve dans le faste des menus gargantuesques. La fête peut être à l’initiative de la municipalité ou bien des pompiers eux-mêmes.

Aujourd’hui, tous les corps ne fêtent pas la Sainte Barbe. Certains ont conservé seulement la dimension conviviale en organisant un repas entre les membres du corps. Pourtant « faire Sainte Barbe » est souvent un moment privilégié pour réaffirmer la cohésion du groupe, rendre hommage aux disparus. Ensuite, c’est la famille sapeurs-pompiers qui se réunit et partage un moment amical.