La démocratie représentative ne l’est plus !

164

Avec 36,5% de participation aux élections régionales en Bourgogne Franche-Comté, les abstentionnistes sont les grands gagnants d’une élection biaisée à 10 mois des élections présidentielles. Pire, la participation aux élections départementales le même jour enregistre un score encore plus faible dans le Doubs à 35.83%.

Christine Bouquin repart pour un nouveau mandat
Christine Bouquin réélue le 27 juin 2021 à la tête du conseil départemental du Doubs ©YQ

On disait sa majorité fragile au soir du premier tour. Elle conserve le même nombre de cantons (12 sur 19). La majorité départementale perd celui de Besançon 4 (Partie de Besançon, Braillans, Chalèze, Chalezeule, Champoux, Marchaux Chaudefontaine et Thise) et gagne le canton de Bavans détenu par Rémy Nappey (Ex-PS LREM) depuis 2001.

L’agglomération bisontine conserve son équilibre gauche-droite grâce aux bons scores du binôme Ludovic Fagaut/ Valérie Maillard (Besançon 5) à 55,87% et de Marie-Laure Dalphin/ Serge Rutkowski (Besançon 3) avec 53,82%.

Les majors du département font des scores éloquents : Christine Bouquin/Christian Meythot à Maîche (78,92%), Jacqueline Cuenot-Stadler/Denis Leroux à Morteau (82,83%) ou encore Beatrix Loizon/Olivier Billot à Ornans (67,39%). Le binôme sortant du canton de Saint-Vit, Annick Jacquement/Thierry Maire du Poset, l’emporte largement (61,12%).

Christine Bouquin dispose donc d’une majorité confortable de 24 sièges pour poursuivre la politique engagée en 2015. Les élections n’ont pas mis de côté quelques gros dossiers comme le financement du RSA, le parc éolien suisse du Suchet face au Mont d’or, la fin du fibrage du département prévue en 2022. Après le vote favorable de Grand Besançon Métropole pour l’aménagement de la RN 57, il va bien falloir que le département se mette rapidement autour de la table des financeurs (Etat-Région-GBM).

La victoire de Christine Bouquin, c’est surtout « une certaine idée du Doubs ». Avec son équipe, elle a construit des projets de territoire en « cousu main » comme elle aime le dire. L’originaire de Charquemont, fière de son accent comtois, connaît la vraie vie, la richesse et aussi la fragilité du monde économique. Elle connaît et elle aime aussi « les gens » !

Marie-Guite Dufay conforte son assise régionale
Marie-Guite Dufay a emporté la région Bourgogne Franche-Comté avec 42,2% des voix ©YQ

L’abstention a bénéficié aux sortants dit-on. C’est le cas pour la Bourgogne Franche-Comté où la liste de gauche « unie » l’emporte largement avec 42,2% des voix, assurée de conserver la majorité des sièges au Conseil régional. Toutefois, les arrangements d’entre deux tours avec la liste écologiste de Stéphanie Modde ne vont pas faciliter la tâche de Marie-Guite Dufay. Quid de l’industrie du nucléaire au Creusot ou à Belfort ? Quid du financement de la RN 57 que la présidente sortante soutient énergiquement ? Quid des programmes de formation professionnelle (compétence importante de la région) pour adapter les emplois ? Quid de la fiscalité des entreprises avec des alliés communistes et leur éternel leitmotiv « il faut prendre aux riches pour donner aux pauvres » !

Contrairement à son alter-ego du Doubs, Marie-Guite Dufay est le produit de la politique techno-administrative faite de commissions, de groupes d’études et de réunions d’experts. Souhaitons-lui de découvrir le bon sens et le sens de l’action ; en 2015, elle a construit une région hétéroclite aux plans historique, culturel, économique que les francs-comtois n’ont pas digéré, ni d’ailleurs les bourguignons. C’est probablement l’une des raisons de la désaffectation des électeurs à l’égard de la politique.

L’économie, l’emploi, l’aménagement du territoire sont des compétences partagées entre départements et région. Les infrastructures routières (compétence départementale) et ferroviaires (compétence de la région) doivent fonctionner en complémentarité. L’aménagement de la RN 57, de la RN 83, la modernisation de la ligne des Horlogers sont autant de projets où les élus vont devoir faire preuve d’imagination au service des habitants, des entreprises, des agriculteurs…des touristes aussi !

Certains « amènent de l’eau au moulin » des éoliennes, d’autres « se battent contre les moulins à vent ». Le dieu Eole a les pieds dans des centaines de tonnes de béton et sa tête nous prive des merveilles de la nature (comme au Suchet). La transition énergétique est une chose trop sérieuse pour la confier aux seuls écologistes.

La France a été éliminée de l’Euro de football. Il ne faudrait pas que la Franche-Comté soit éliminée de la compétition mondiale au nom d’une « décroissance heureuse ». Les élus régionaux et départementaux ont des leçons à prendre : les perdants qui n’ont pas su mobiliser, les gagnants qui vont devoir, pendant six ans, faire preuve de beaucoup d’humilité. Etre élu(e) avec 12 ou 14% des électeurs, est-ce légitime ? Juridiquement certainement…moralement on peut en douter !

Yves Quemeneur