La dissidence se confirme à La République En Marche dans le Doubs

116

Ce 15 novembre, un communiqué laconique annonçait la démission d’Alexandra Cordier de son poste de référente départementale de La République En Marche pour le Doubs.

Alexandra Cordier
La démission d’Alexandra Cordier annonce-t-elle une candidature dissidente ?

Engagée depuis juin 2016 au service du parti d’Emmanuel Macron, elle rappelle avoir conduit avec fierté et efficacité le mouvement dans les différentes campagnes électorales (présidentielle, législatives et européennes) “portant les valeurs du mouvement et la volonté de renouvellement politique insufflée par Emmanuel Macron”.

Peu de reconnaissance de la part de la direction de LREM

Il semble que sa décision de démissionner ait été accélérée par le manque évident de reconnaissance de Stanislas Guérini le délégué général du mouvement. Lors de la rencontre entre les marcheurs du Doubs et Stanislas Guérini et la ministre chargée de l’écologie Brune Poirson le 9 novembre à Montfaucon, rencontre organisée par Alexandra Cordier, aucun mot de remerciement de la part du patron de LREM. On serait vexé pour moins que cela.

Désaccord avec la stratégie politique de LREM

“Notre projet Besançon Métropole 2020 n’a pas été retenu par la commission d’investiture et aucun rapprochement n’a été envisagé par le candidat officiellement investi. Cela crée une certaine confusion, j’ai donc décidé de quitter dès aujourd’hui mes fonctions de référente En Marche pour le Doubs” conclut la marcheuse du premier jour.

Démissions en cascade

C’est tout l’encadrement de la République en Marche dans le Doubs qui suit la décision d’Alexandra Cordier. Le mouvement LREM du Doubs prend acte de cette décision dans un rapide communiqué de presse. “Alexandra Cordier était un élément indispensable à La République En Marche dans le Doubs. Les circonstances ayant conduit à cette démission ne nous laissent pas indifférents…nous annonçons que nous quittons nos fonctions respectives au sein de la République En Marche du Doubs tout en restant engagés dans notre mouvement et en soutien à l’action du président de la République”.  Les signataires : Anthony Barthod – Guerric Chalnot – Stéphane Chopin – Myriam Lemercier – Etienne Romain – Patricia Roland – Antonio Spatafora.

A quatre mois des municipales, le parti d’Emmanuel Macron dans le Doubs risque d’être une coquille vide.

Yves Quemeneur