La flamme olympique passera par chez nous

492
Anaïs Bescond aura l'honneur de porter la flamme olympique. Photo : Christian Bier

Recevoir le passage de la flamme olympique est déjà une fierté. La porter est un véritable honneur et c’est justement ce que s’apprête à vivre une jeune athlète bien connue.

La flamme est un symbole très fort du mouvement olympique, portant à elle seule des messages de paix et d’espoir qu’elle disperse au gré de son voyage dans chacun des pays hôtes. “En 2020, la flamme olympique symbolisera non seulement l’aube d’une nouvelle ère pleine d’espoir qui éclairera notre chemin mais, à mesure que les Jeux approcheront, elle transmettra aussi à tout le Mouvement olympique la joie et la passion des Japonais.”, explique le comité en charge de l’organisation.
La flamme débutera son trajet depuis Olympie, en Grèce puis, elle passera de relais en relais jusqu’à atteindre le pays hôte des jeux. Des centaines de personnes se relaient pour porter la torche sur une courte distance jusqu’à ce qu’elle atteigne le site principal des Jeux le jour de la cérémonie d’ouverture. Les derniers porteurs amènent la torche jusqu’au stade pour embraser la vasque olympique. La flamme reste allumée pendant toute la durée des Jeux et n’est éteinte qu’à la cérémonie de clôture.
Le 3 janvier, la flamme passera par les Rousses et sera portée par la championne olympique Anaïs Bescond, dans le cadre des Jeux Olympiques de la Jeunesse. Un véritable honneur pour la jeune biathlète et qui vient saluer un palmarès déjà florissant. Le lendemain à 13h, la flamme s’apprêtera à passer la frontière, dans les mains de Vincent Defrasne et de Vincent Gaultier-Manuel, accompagnés de jeunes skieurs. Elle partira de l’Orbe aux Rousses puis passera par les pistes de Bois d’Amont pour parvenir à la frontière suisse à la douane du Carroz.
Compte tenu du caractère exceptionnel de l’événement, de très nombreuses animations seront organisées les 3 et 4 janvier, au cœur des Rousses.