La ligne des Horlogers bientôt à l’heure

Le 31 octobre, la ligne des Horlogers, modernisée, circulera à nouveau 

225
Jérôme Grand, Directeur territorial de SNCF Réseau a inauguré le 19 octobre la nouvelle ligne des Horlogers en compagnie des maires du Plateau, du Préfet du Doubs, du sénateur Longeot et des équipes de SNCF Voyageurs. Ouverture aux passagers le 31 octobre à 14h ©YQ
55 millions d’euros pour 35 km de voie ferrée

Il était temps de dépoussiérer cette ligne inaugurée le 4 août 1884 qui reliait historiquement la gare de Besançon-Mouillère à celle du Locle en Suisse.

Une halte ferroviaire modernisée et sécurisée à L’Hôpital-du-Grosbois. Il ne reste qu’au réseau « Gares et connexions » de la SNCF de céder le bâtiment de la gare et la halle ferroviaire…Jean-Claude Grenier, le maire de la commune l’attend avec impatience ©YQ

Il a fallu 8 mois de travaux, le remblai de 85 000 tonnes de ballast, la pose de 70 km de rails, 60 000 traverses en béton, 3 tunnels et 6 ponts réhabilités pour permettre aux 2 000 voyageurs/jour de retrouver des trains modernisés, des cadencements mieux adaptés, une vitesse moyenne améliorée.

Des gares accessibles à tous

A l’image de la halte ferroviaire de l’Hôpital-du-Grosbois où se déroulait l’inauguration de la ligne, plusieurs gares ont été rénovées pour permettre une meilleure accessibilité aux quais, sécuriser les accès pour les personnes à mobilité réduite et fluidifier le trafic des voyageurs dans les gares. C’est le cas à Morteau, au Valdahon et à Etalans où les quais ont été allongés et rehaussés avec des abris pour les voyageurs, la mise en place de clôtures et la rénovation des éclairages. Ces travaux ont été entrepris principalement par des entreprises locales (Heitmann et Bonnefoy).

Un chantier exemplaire au plan environnemental

En posant en préalable les diagnostics sur les impacts éventuels du chantier sur le milieu naturel, SNCF Réseau a pris en compte la préservation des zones humides, le maintien des haies et des arbres par exemple en installant les zones de chantier sur des secteurs à faible impact environnemental.

Une ligne pour les liaisons domicile-travail, les frontaliers mais également les touristes
Les Maires du plateau étaient tous présents à l’inauguration de ligne des Horlogers réhabilitée ©YQ

Il y a encore du travail à faire de la part de la Région et du réseau SNCF Voyageurs. Si Eric Cinotti, le directeur des TER Bourgogne Franche-Comté affirme « améliorer la desserte entre Besançon et Le Locle puis La Chaux-de-Fonds grâce à de nouveaux matériels plus confortables et moins bruyants », s’il s’engage à une régularité améliorée, les cadencements ne sont toujours pas à la hauteur de l’attente des employeurs, des salariés et des promeneurs. Jean-Claude Grenier, le maire de l’Hôpital-du-Grosbois et président de la Communauté de communes « Loue Lison » a rappelé tout le potentiel de son territoire économique et touristique « Ma commune est passée de 350 habitants en 1990 à 650 aujourd’hui. Combien de ménages se partagent entre l’une travaillant à Besançon et l’autre en Suisse« . Encore faut-il des horaires de train adaptés ! Pour l’édile dont la commune est à quelques kilomètres du Gouffre de Poudrey et du Dino-Zoo « la desserte ferroviaire doit permettre à des dizaines de milliers de visiteurs de s’y rendre en train et profiter au-delà des voies vertes comme celle qui descend à pied ou en vélo vers la vallée de la Loue ». Ses propos trouvaient de l’écho de la part des nombreux maires présents à l’inauguration de la ligne : Benoît Vuillemin le Maire de Saône et Président de l’association des liaisons transfrontalières, les maires d’Etalans, de Flangebouche, de Gilley, de Montfaucon…écho également auprès du sénateur Jean-François Longeot.

Un réseau structurant pour les mobilités de demain
Modernisée la ligne des Horlogers….sauf la pendule du quai de l’Hôpital-du-Grosbois qui reste immobile ! Pour une ligne des Horlogers…©YQ

La présence de Jean-François Colombet le Préfet du Doubs, démontrait la volonté de l’Etat à sortir durablement Besançon et ses plateaux d’une désertification annoncée. La fin du contournement routier de Besançon demeure un impératif, la ligne des Horlogers doit trouver d’autres cadencements en utilisant l’Intelligence Artificielle (AI) et le mix de matériels lourds et de navettes plus légères. Nous ne sommes plus au temps  de « la bête humaine » bien que la locomotive conduite par Jean Gabin s’appelait « la Lison »… ! Ce sont les utilisateurs de la ligne (entreprises, salariés, promeneurs et touristes) qui doivent être pris en compte. Pour la SNCF et la Région, ils sont encore trop souvent des « usagers » !

Yves Quemeneur