La liste rouge des espèces menacées en France

126

Il s’agit régulièrement de dresser un bilan objectif de menace pesant sur les espèces de la faune et de la flore à l’échelle nationale.

13 ans de recherches et d’observations

La liste des espèces menacées est élaborée grâce à la mobilisation d’un réseau national d’experts, des organismes et associations. Ce travail met aussi à contribution l’observation du grand public (ce sera le cas avec le recensement des plantes printanières en Franche-Comté – notre édition du 8 mars 2021).

13 842 espèces évaluées depuis 2008

17,6% des espèces de la flore et de la faune sont menacées en France. Dans la même période, les 500 experts et contributeurs ont identifiés 187 espèces éteintes ou disparues. Toutefois, l’étude ne chiffre pas le nombre de nouvelles espèces découvertes.

Risque important de disparition de la flore vasculaire

Les plantes vasculaires correspondent à un groupe qui rassemble l’ensemble des plantes à graines, des fougères et plantes alliées, soit 4 982 espèces indigènes en France métropolitaine. 742 des plantes sont recensées comme menacées. L’analyse a nécessité plus de trois ans de travaux synthétisant trente millions de données floristiques rassemblées par 40 botanistes dans les Conservatoires botaniques régionaux. Un travail de fourmi pour constituer une base scientifique permettant d’identifier les priorités en matière de conservation et de préservation de la biodiversité.

576 espèces de crustacés d’eau douce identifiées

Si les oiseaux nicheurs sont principalement menacés pour 32% des 284 espèces recensées, la mauvaise qualité des eaux douces est source d’une disparition de nombreux crustacés pour 28% d’entre eux. S’agissant des écrevisses à patte blanche en Franche-Comté, plus de 80% de la population a disparue depuis les années 2000. Cela a conduit la préfecture du Doubs à prendre un arrêté de protection de l’espèce en 2008. Comme le soulignent certaines associations dont l’AAPPMA de Pont-de-Roide, la protection des écrevisses est l’affaire de tous. “Le moindre déséquilibre du milieu naturel a des effets catastrophiques sur la vie des écrevisses à patte blanche. Un ruisseau déserté par les écrevisses ne sera plus jamais recolonisé. En disparaissant, l’écrevisse laisse une empreinte, comme un appel à ses congénères de fuir le ruisseau…”

La faune et la flore de Franche-Comté sont riches (encore) de leur diversité. Il appartient à chacun d’entre nous de les protéger. Et plutôt que de piétiner insectes utiles et fougères graciles, les prendre en photo enrichira le travail minutieux du conservatoire botanique national de Franche-Comté.

Yves Quemeneur

 

Plus d’infos sur : www.cbnfc.org