La Maire de Besançon et le Préfet du Doubs à la rencontre de la nuit bisontine

623
Anne Vignot la Maire de Besançon, Joël Mathurin le Préfet du Doubs, la police nationale et la police municipale s'étaient donné rendez-vous à 23h Square Saint-Amour pour une déambulation dans les rues de la nuit bisontine ©YQ

Anne Vignot et Joël Mathurin ont déambulé entre 23h et minuit ce jeudi 6 août, du square Saint-Amour à la rue Bersot.

Square Saint-Amour
Anne Vignot Maire de Besançon, Benilde Moreau Directeur adjoint de la sécurité publique du Doubs et Joël Mathurin Préfet du Doubs©YQ

“Je note des signes légers positifs” remarque le Préfet en voyant deux jeunes filles assises tranquillement sur un banc du square. Ce qui était, avant les travaux, un « supermarché de la drogue » est devenu un lieu apaisé, ouvert. Ce n’est toutefois pas l’avis de certains riverains et du seul café du square, fermé ce jeudi pour congés.

C’était l’attraction rue Bersot
Beaucoup de monde autour du Préfet du Doubs et de la Maire de Besançon dans la rue Bersot ©YQ

Bénilde Moreau le directeur adjoint de la sécurité publique du Doubs se promenait en compagnie de Delphine Clerc la patronne de la police municipale pendant que le Préfet du Doubs et Anne Vignot conversaient avec les clients du Gotham25 et du Café Bohème. “Je suis contente de vivre à Besançon : une femme Maire et un préfet “différent” (sic), c’est une ville qui bouge” remarquait une cliente de Little Italy en dégustant sa pizza.

Delphine Clerc la directrice de la police municipale de Besançon en discussion avec un agent de la police nationale pendant qu’Anne Vignot échange avec le patron du Gotham25 ©YQ

Long échange entre le préfet et le patron du Gotham25. “On essaie de s’organiser pour respecter les gestes barrières mais ce n’est pas toujours facile. Les clients se connaissent souvent et peuvent aller d’une table à une autre. Est-ce que je dois les sanctionner ?” A voir le monde ce jeudi soir, les gérants de bars et restaurants de la rue Bersot sont responsables et les distanciations plutôt respectées. “La récente fermeture administrative du Bistro Rétro est surtout liée à des faits de récidive” a rappelé Joël Mathurin.

Anne Vignot s’est dit ouverte à la discussion avec les professionnels des bars et des restaurants de Besançon qui font quotidiennement de gros efforts pour maintenir leurs entreprises à flot. La promenade nocturne aura fait prendre conscience à la Maire et au Préfet que le respect des règles doit se faire dans l’explication et le consensus. Les consommateurs auront aussi pris conscience que la police est là pour protéger leur tranquillité et leur sécurité.

Yves Quemeneur