La mobilité, enjeu essentiel des municipales à Besançon

76
Embouteillages à Besançon
Le pôle Viotte et ses quelques 900 emplois ne va pas arranger une circulation déjà difficile DR

Pour Eric Alauzet, le candidat officiel de LREM, c’est le débat de fond de la campagne. Il lance les hostilités par un communiqué dans lequel il identifie ses priorités de transports.

Le député candidat à la mairie de Besançon s’adresse d’abord à la France Insoumise (LFI) qui propose pour Besançon la gratuité des transports en commun. Pour Eric Alauzet, l’idée, séduisante a priori, est une illusion. Le choix politique exigerait de trouver ailleurs dans le budget de la collectivité les 12 millions d’euros de la billetterie actuelle : double peine pour les grands bisontins qui subiraient une augmentation des impôts tout en réduisant la qualité du service et le maillage du réseau.

Eric Alauzet
Eric Alauzet, candidat à la mairie de Besançon, investi par le parti macronien DR

L’ancien député écologiste propose des mobilités du prix juste pour chacun dans le cadre d’une écologie positive, active et partagée. Il ne craint pas d’identifier sa cible : il faut réduire le nombre de voitures aux heures de pointe pour améliorer le réseau et fluidifier le trafic. Ce n’est pas le cas actuellement ne craint pas d’écrire Eric Alauzet pourtant membre de la majorité municipale depuis 2001. Il propose six objectifs :

Des tarifs attractifs (gratuité partielle pour les seniors, tarif étudiant divisé par 2, ticket à 1€ A/R les samedis et dimanches…)

Améliorer la qualité du service (navette centre-ville, bus à hydrogène et au GNV, transport cadencé entre Mamirolle et les Auxons)

Développer et sécuriser les pistes cyclables (5 axes prioritaires intitulés « vel’ox » pour vélo oxygène, passer l’utilisation du vélo de 3 à 10%)

La marche à pied dans une ville apaisée (réalisation de zones 20 dans les rues commerçantes et étendre les zones 30, faire de Besançon une ville où il fait bon marcher)

Fluidifier la circulation des voitures (améliorer les carrefours à feux, adapter le plan de circulation à une ville numérique, doper le covoiturage)

Une politique de stationnement adaptée (tester la gratuité du stationnement au centre-ville pendant la pause méridienne, rendre la première heure gratuite et résoudre le problème du stationnement résidentiel

Eric Alauzet choisit, selon lui, la crédibilité de propositions cohérentes et réalistes, certain que les bisontins sont raisonnables ! Le candidat LREM n’évoque pas son opposition (dans le cadre de la majorité à laquelle il appartient toujours) sur le projet ferroviaire Mamirolle-Auxons défendu depuis 2008 par l’opposition municipale. Il n’évoque pas non plus le projet de transport par câble proposé par sa concurrente LREM Alexandra Cordier pour un accès facilité à la citadelle et au premier plateau. Il oublie enfin ce qu’il souhaite faire du maillon manquant de la RN57 entre les tours de l’Amitié et Beure.

Le débat s’annonce passionnant sur un sujet particulièrement sensible pour le bien-vivre à Besançon.

Yves Quemeneur