La promotion de la voiture électrique de Besançon à Bucarest

206
Départ des cinq équipages (dont une moto électrique) sous le regard du Président du Syded, du directeur régional d'Enedis et de Marie Zehaf représentant la Maire Anne Vignot ©YQ

Le 22 septembre 2021, quatre équipages en voiture et un motard sont partis de la Promenade Chamars en direction de la capitale de la Roumanie pour promouvoir l’usage des mobilités électriques.

L’opération est menée sous l’égide de la FAUVE (Fédération française des Associations d’Utilisateurs de Véhicules Electriques) présidée par Stéphane Semeria avec le soutien d’ENEDIS et des opérateurs de bornes de recharge dont le SYDED, en pointe sur le territoire de Grand Besançon Métropole.

Un des véhicules électriques de marque « Kia » est prête à la recharge avant le départ ©YQ
Le « Road Trip Tansylvania Electric Tour » mènera les équipages de Stuttgart à Munich, puis Vienne en Autriche, Budapest en Hongrie, un détour par Brasov et le château de Dracula avant d’arriver à Bucarest, la capitale de la Roumanie. Au retour, ils traverseront la Serbie (Belgrade), la Croatie (Zagreb) puis la Slovénie (Ljubljana) avant de traverser l’Italie et finir le périple en France à Clermont-Ferrand.
Une moto électrique conçue et assemblée en Hongrie fait partie du « road trip » ©YQ

Le but est de faire la promotion des véhicules électriques et de prouver que l’on peut traverser l’Europe sans « trop » de problèmes de recharge des batteries avec des autonomies de 400 kms. C’est aussi l’occasion pour les opérateurs de bornes de recharge de trouver les bons interlocuteurs dans les pays européens pour équiper les routes.

Philippe Guiton, le régional de l’étape

Le patron bisontin de HED (Entretien de chaudières) et de deux autres sociétés intervenant dans le nettoyage des canalisations et le traitement de l’eau, utilise depuis plusieurs années des véhicules électriques adaptés à l’urbain. Les voitures Mia sont assemblées depuis 2010 dans le Poitou. Après un échec retentissant, elles pourraient retrouver une nouvelle jeunesse avec « l’électric fashion ».

Adepte de l’électrique, Philippe Guiton n’en oublie pas qu’une chaudière à gaz se transporte difficilement sur un vélo…même électrique.

En attendant d’autres énergies propres (l’hydrogène et un peu plus tard ITER et la fusion nucléaire), la ballade en Transylvanie est une bonne occasion de démontrer que l’usage de la voiture électrique, c’est aussi sur des longues distances.

Yves Quemeneur