La “vieille garde” a voté pour l’aménagement de la RN 57

380

Sous un mauvais jeu de mots, le Collectif “RN + 5,7°” ne désarme pas contre l’aménagement de la RN 57 à Besançon entre Micropolis et Beure.

Les membres du Collectif (Alternatiba, ANV Cop21, AVB, Beure respire, FNE 25-90, HopHopHop, Maison de l’architecture, Trottoirs libres) argumentent leur opposition au projet par le récent rapport du GIEC “qui dessine les contours effrayants d’un monde pris dans les tenailles du dérèglement climatique”. Sauf qu’à ce jour, il n’y a pas de rapport (sa publication est éventuellement prévue en 2022), et que le catastrophisme annoncé (+ 6° à la fin du siècle) ne s’appuie sur aucune donnée scientifique. La sphère écologiste et à l’image d’une partie de la sphère médicale : « il convient de faire peur à la population pour lui faire accepter leurs diktats » !

La France est-elle un mauvais élève en matière de production de Gaz à effet de serre (GES) ?

En 2017, notre pays ne représentait que 1% des émissions mondiales de gaz à effet de serre, grâce en particulier à l’énergie nucléaire. Dans les pays développés, la France est à coup sûr le meilleur élève de la planète. Comment 3,5 kms d’élargissement d’une rocade urbaine à Besançon pourrait avoir pour conséquence le réchauffement de la Terre. A cela s’ajoute l’évolution technologique des mobilités individuelles. L’évolution du parc automobile vers l’électrique et l’hydrogène entraîne de facto une réduction des émissions de CO².

La “décroissance heureuse”

Dans un communiqué du 5 juillet, le Collectif RN+5,7° considère que cet aménagement routier “contribue à l’étalement urbain et pousse à l’artificialisation des terres…oui mais bon, c’est la vie, il faut rester attractif”. Pourtant, dans le même temps, les membres du collectif sont les plus farouches opposants à l’aménagement du quartier des Vaîtes à Besançon. Le projet d’urbanisation d’un quartier nord de Besançon a justement pour objectif de construire des logements en ville pour…échapper à l’étalement urbain ! A moins que les signataires du communiqué préfèrent une ville sans emplois, sans développement économique, à l’abri de la mondialisation dont ils vantent les mérites quand il s’agit d’accueillir les migrants sans limite…

“Nous regardons devant, ils regardent ailleurs”

Jamais en manque de la citation de Jacques Chirac en 2002 à Johannesburg, le collectif écologiste bisontin félicitent les élus de Grand Besançon Métropole qui ont voté contre le projet d’aménagement “mortifère pour l’avenir”.

Ne trouvant aucun intérêt à l’élargissement de la RN 57, y voyant même une évolution du trafic routier inéluctable, le collectif réfute toute idée écologique dans le projet : construction de voies pour les modes doux, bassins de récupération pour les eaux polluées de la route, passages aménagés pour la faune sauvage…”ne nous y trompons pas, cela consiste à verdir pour mieux faire avaler cette ineptie”.

Les signataires du communiqué l’écrivent “Des solutions ? Oui ! Imaginons des élus tenant compte des contraintes de leur époque, stimulés par le défi qui s’impose à eux, cherchant à penser autrement avec moins, proposant, expérimentant, allant voir ce qui se fait ailleurs, étant des bâtisseurs… oui, mais des bâtisseurs d’avenir pas des promoteurs de goudron et de trafic augmenté”. Ils sont clairement dans une logique de décroissance ! Et de conclure “une telle décision d’élus, le nez dans le présent mais désespérément aveugles et sourds aux périls qu’ils nous font courir en continuant cette morbide fuite en avant, est à pleurer d’effroi”.

La protection de l’environnement et l’avenir de la planète sont des sujets bien trop sérieux pour être confiés aux seuls écologistes !

Yves Quemeneur