La ville veille sur ses écoliers

80
Il y a plus de 1300 élèves scolarisés à Valdahon dont près de la moitié en maternelle et primaire.

La rentrée à Valdahon s’est bien passée pour les écoliers de maternelle et de primaire dont la compétence relève de la commune. Des centaines d’enfants pour qui de nombreux travaux ont été effectués.

« Les compétences respectives de l’État et de la commune en matière de gestion de l’école sont bien différenciées. L’État fixe les programmes nationaux et prend en charge le recrutement, la formation et la rémunération des personnels enseignants. Le directeur d’école, nommé parmi ces derniers, veille au respect de la réglementation et au déroulement des enseignements au sein de l’école » explique la mairie de Valdahon qui précise que la commune quant à elle est propriétaire des locaux scolaires et en assure la construction, la reconstruction, l’extension, les réparations, l’équipement et le fonctionnement. « Elle gère également certains personnels non enseignants de l’école. Aussi, les personnels de service chargés de l’entretien des locaux des écoles élémentaires et les agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles (ATSEM) sont des personnels municipaux ».

Ceci étant posé, la ville de Valdahon rappelle que ses effectifs pour l’année scolaire 2019-2020 sont les suivants : « 626 élèves répartis en les écoles maternelles Lavoisier et Monnet (253) et les écoles primaires St-Exupéry et Lavoisier (373) ». Sans oublier les 712 élèves du Collège Edgar Faure qui dépend de la compétence du conseil départemental du Doubs. Ce premier bilan est aussi l’occasion de faire le point sur les différents chantiers qui ont été menés ou le seront très prochainement.

« Les services techniques de la ville ont travaillé cet été dans les écoles pour rénover et sécuriser les bâtiments. Ainsi par exemple, deux salles de la maternelle Monnet ont été entièrement refaites avec peinture, PVC, plafond, changement de luminaires, électrification des volets, pose de stores, de nouveaux sols et placards, changement de radiateurs… ».  La ville a également financé deux structures de motricité pour les maternelles pour un coût de 10 500 €. Et pour les écoles élémentaires 36 500 € ont été investis dans des vidéoprojecteurs interactifs. Le nouveau service périscolaire est quant à lui en chantier. « La ville ne finance pas que des travaux. Elle permet aux élèves de s’ouvrir au monde de l’art en finançant chaque année les entrées à des spectacles en partenariat avec Côté Cour ».