L’absinthe obtient l’IGP

817
Désormais, l'absinthe répondra à un cahier des charges précis.

Ce sont plus de 200 ans de savoir-faire qui se voient récompensés et protégés.

On peut dire que l’absinthe aura connu une histoire à multiples rebondissements. Dès sa création, dans l’Antiquité, l’absinthe est fortement appréciée, pour ses vertus médicinales dans un premier temps. Puis, elle devient un apéritif fort apprécié dès la fin du XVIIIe siècle. Mais en 1915, coup de massue ! La Fée Verte est décrétée comme étant dangereuse en raison de la présence de thuyone, et est alors interdite en France. La thuyone est soupçonnée de rendre fou, voire criminel. En ces temps où la répression des alcools forts est à son apogée, la Fée Verte ne résiste pas. Toutefois, il a été prouvé le siècle suivant que la thuyone n’était responsable de rien et que seule la haute teneur en alcool était mise en cause.
Et aujourd’hui, après des années de lutte pour être réhabilitée, retravaillée et de nouveau fortement appréciée, l’absinthe bénéficie depuis le 19 août dernier d’une IGP qui couronne les efforts des distillateurs et protège les secrets de fabrication de la liqueur d’absinthe. Désormais, la fabrication de ce spiritueux devra répondre à un cahier des charges bien précis et ne pourra être fabriqué que dans certaines bourgades du Haut-Doubs : Arçon, Bannans, Bonnevaux, Boujailles, Bouverans, Bulle, Chaffois, Chapelle d’Huin, La Cluse-et-Mijoux, Courvières, Dommartin, Dompierre-les-Tilleuls, Doubs, Frasne, Granges-Narboz, Houtaud, Pontarlier, La Rivière-Drugeon, Sainte-Colombe, Vuillecin.

AOC, AOP, IGP ? Quelles différences ?
On pourrait se perdre dans ces sigles ! L’AOC (Appellation d’Origine Contrôlée) garantit que le produit concerné a été fabriqué dans une zone géographique définie, en fonction d’un cahier des charges très précis. Il doit également être le reflet “d’usages locaux, loyaux et constants”. L’INAO (Institut National des Appellations d’Origine) contrôle et décerne ce label. L’AOP (Appellation d’Origine Protégée) est en quelque sorte le descendant de l’AOC, autrement dit sa nouvelle appellation depuis 2009 et il est décerné par l’Union Européenne. Toutefois, l’AOC est un pré-requis à l’obtention d’une AOP. Sinon, il s’agit d’une IGP (Indication Géographique Protégée) qui répond à au moins un des critères d’AOP (généralement le lieu de transformation). Cela n’en fait pas pour autant un sous-label ! On reste bien évidemment dans le cadre d’une distinction patrimoniale et qualitative.