L’ancien auditoire.

110
C'est dans l'actuel centre-ville que se trouvait l'ancien auditoire.

Jusqu’à la révolution, le terme “auditoire” désignait le Palais de Justice. Le premier auditoire de Pontarlier, situé à l’angle des rues de la Gare et de la République, propriété du Marquis de Monnier, fut détruit par l’incendie du 31 août 1736.

C’est ici que fut construit de 1740 à 1743, un nouvel auditoire royal, sur les plans de l’ingénieur et architecte Jean Querret. Organisé autour d’une cour intérieure, ce bâtiment abritait les locaux de justice proprements dits, les prisons (une pour les hommes et une pour les femmes), une conciergerie, une chapelle et sa sacristie. L’édifice actuel a été surélevé de deux étages. La façade, relativement austère, s’est enrichie en sa partie centrale, d’un faux balcon encadré de doubles pilastres (1) surmontés de chapiteaux et d’un fronton brisé orné de motifs végétaux.
Au XIXe siècle, les projets d’extension et de rénovation du tribunal restent sans suite.
La solution d’une nouvelle construction s’impose: l’actuel tribunal est édifié près de la gare de 1865 à 1867.
L’ancien auditoire est aujourd’hui une demeure privée dont les décors extérieurs et intérieurs sont typiques des modes architecturales du XIXe siècle: masques, boiseries et stucs avec des guirlandeset des rinceaux de fleurs et de feuillages.
Ces décors se retrouvent dans d’autres appartements du centre ville pontissalien, ainsi qu’au musée de Pontarlier.

(1): piliers engagés dans un mur, un support qui n’ont qu’une fonction décorative. Les pilastres ne sont qu’adossés à des murs porteurs.