Laure, candidate à Koh-Lanta

2490
Laure est agricultrice dans la Vallée de la Loue. Une profession qui lui donne force et détermination.

Originaire de Haute-Saône, Laure a suivi un enseignement agricole à Levier qui lui a permis de s’installer avec son papa sur une exploitation de la Vallée de la Loue où ils produisent du lait à Comté. Un métier passion qui lui a permis de s’endurcir mentalement et physiquement, des atouts importants quand, à 26 ans, on participe à cette émission emblématique.

 

Quelle image aviez-vous de l’émission avant d’y participer ?

Quand elle a débuté en 2001 j’avais tout juste 5 ans donc ce n’est qu’un peu plus tard que j’ai commencé à la regarder vraiment. Je m’y suis très vite intéressée à la fois parce qu’on découvrait de beaux paysages et aussi pour le côté sportif. Et puis, j’étais vraiment admirative en voyant les participants au fil des épreuves… et je me disais aussi que je pourrais très bien y aller moi aussi. Mais quand j’ai commencé à beaucoup travailler j’ai un peu lâché et je n’avais plus le temps de regarder… jusqu’à l’an dernier où je m’y suis remise et cette fois j’ai franchi le pas et je me suis inscrite !

 

Quelles sont à votre avis vos qualités et vos défauts pour réussir cette aventure ?

Je pense d’abord avoir un mental fort. Je ne lâche rien et j’essaie toujours d’emmener les autres là où je veux aller… En plus mon métier m’a apporté une certaine force physique et une résistance qui ne peuvent être que des atouts. Ajoutez à cela un fort caractère… ça devrait le faire. Par contre, peut-être que mon franc parler peut me jouer des tours. Comme le fait d’être assez sensible et émotive.

Qu’est-ce qui a été le plus dur sur place ?

Les épreuves physiques en elles-mêmes bien sûr mais aussi la faim, la gestion des émotions aussi quand la stratégie des uns et des autres se met en place. Et puis l’éloignement des proches et du travail qui me mettait quand même un peu en souci…je me demandais souvent si mon papa s’en sortait bien tout seul à la ferme.

Comment allez-vous suivre l’émission ?

C’est vrai que l’émission a été tournée à l’automne dernier et que personne ne sait comment ça s’est terminé pour moi. J’ai dû garder le secret. Maintenant, le vendredi soir, on va regarder chaque épisode en famille. J’ai hâte d’avoir les réactions de mon entourage…

Quels souvenirs garderez-vous de Koh-Lanta ?

D’abord ce long voyage pour aller jusqu’en Polynésie Française et les magnifiques paysages avec les plages de sable fin et la mer, c’est juste incroyable. Même si la vallée d’Ornans et la Franche-Comté sont très belles, là c’est vraiment exceptionnel et ça vaut le coup de faire 20 heures d’avion pour découvrir ce décor de carte postale. Et bien sûr, l’aventure humaine restera toujours gravée dans ma mémoire avec ses bons et ses mauvais moments.

En avez-vous tiré des leçons ?

Ça m’a avant tout permis d’avoir plus confiance en moi, de croire en moi, en mes capacités physiques et mentales. Par ailleurs, de vraies amitiés se sont nouées et je suis restée en contact avec les autres candidats de cette saison. Des liens qui dureront longtemps j’espère. En tout cas si c’était à refaire, je repartirais immédiatement.

Quel message aimeriez-vous passer à nos lecteurs ?

J’ai envie de dire que rien n’est impossible. Qu’il faut croire en ses rêves et oser se dépasser. Quand on veut vraiment quelque chose, on s’en donne les moyens et on peut y arriver. La preuve…

 

ENCADRE

Le Doubs passe au rouge!

Laure n’est pas la seule candidate venue du Doubs dans cette aventure. A ses côtés, Hervé, un boulanger d’Audincourt qui n’est autre que son capitaine d’équipe. Tous deux arborent fièrement un foulard rouge suite aux premières épreuves où ils ont d’ailleurs brillé tous les deux. Ils ont montré ne pas craindre les obstacles et maîtriser le feu. Deux conditions essentielles pour durer dans une émission comme celle-là. On leur souhaite donc de ne pas voir leur flambeau s’éteindre lors d’un conseil et d’arriver jusqu’aux célèbres poteaux voire mieux… A suivre!