L’avenir des Portes du Haut-Doubs

539
Concilier urbanisation et respect de l'environnement est l'un des défis à relever.

Dans la décennie à venir, la population des portes du Haut-Doubs augmentera encore de 15 à 20%, preuve de l’attractivité croissante de territoire au cœur du département du Doubs. Il faut donc s’y préparer.

Depuis deux ans, les réunions se sont donc succédé, entre élus certes mais aussi avec la population pour expliquer ce que sera la politique de développement dans les années à venir sur l’ensemble du secteur car le choix a été fait d’une réflexion intercommunale.

« La vie locale s’affranchit de plus en plus des limites communales. Les activités commerciales et récréatives, les déplacements domicile-travail ou les parcours résidentiels sont autant d’éléments bien souvent à penser à l’échelle d’un bassin de vie. Il en va de même pour la nature : les frontières communales sont inconnues aux continuités écologiques. ».

Aujourd’hui, les habitants peuvent suivre l’état d’avancement du dossier via des documents et synthèses disponibles sur le site internet de la Communauté de Communes. Des registres de concertation se trouvent également dans les mairies des 47 communes concernées.

Le projet d’aménagement et de développement durable issu de ce long travail s’appuie sur plusieurs ambitions. D’abord la volonté d’apporter une réponse raisonnable à la pression démographique en faisant de la communauté de communes « un territoire accueillant pour de nouveaux habitants, avec des services développés, mais qui maîtrise sa croissance ». Le développement économique local est également expliqué avec le souci de garder des villes et des villages de qualité, respectueux des patrimoines. Au chapitre urbanisme, on peut lire que les élus souhaitent « valoriser ses bons atouts économiques (agricoles, industriels, touristiques et de services) » ou encore, pour un bon « ménagement » du territoire avoir « une stratégie de transport et de circulation cohérente et durable ». Dernière ambition affichée : avoir des milieux et des paysages agraires bien gérés et donc « faire des Portes du Haut-Doubs un territoire qui préserve et restaure ses belles qualités naturelles, paysagères et patrimoniales ». Des ambitions à faire valider désormais puis à transformer en actions concrètes dans les années à venir.