L’avenir des Vaîtes en question

189

242 idées ont été déposées sur la plateforme dédiée à la consultation numérique concernant l’avenir de l’éco quartier des Vaîtes. Les membres de la conférence citoyenne se sont réunis le 29 mai pour en prendre connaissance et engager leur travail dont les conclusions seront connues le 3 juillet prochain.

Résultat de la consultation numérique

L’agence Respublica (implantée Avenue Lénine dans la région parisienne…ça ne s’invente pas) a produit une synthèse issue d’une consultation en ligne entre le 19 mars et le 9 mai. 5 200 visiteurs ont été sur la plateforme https://besancon-vaites.jenparle.net/ où plus de 500 contributions et commentaires ont été enregistrés.

Les opposants au projet constatent que « la population de Besançon diminue et de nombreux logements neufs ou anciens ne trouvent pas preneurs »…Faut-il pour autant arrêter de construire et accélérer le déclin démographique de Besançon ? Ils avancent également que « le projet n’empêchera pas l’étalement urbain et supprimera un ilot de fraicheur »…L’argument tient difficilement : sur les 23 ha de l’éco quartier, seulement 7 hectares sont constructibles. Par ailleurs, le but avoué est également de diminuer l’étalement urbain sans que cela soit une obligation pour les habitants du Grand Besançon (ou alors il faut le dire !)

Les partisans du projet avancent « les évolutions démographiques, notamment la diminution de la taille des ménages nécessitant la construction de nouveaux logements ». Les contributeurs notent aussi la qualité environnementale du projet et son label « Ecoquartier » ainsi que la construction de la nouvelle école.

Des commentaires interrogent sur le nombre de logements et leurs exigences écologiques, sur le lieu d’implantation de l’école, la taille des espaces maraîchers et la gestion des eaux pluviales. Enfin, certains insistent sur l’importance de donner la parole aux habitants quand d’autres estiment que les associations prennent trop de place et « qu’il appartient aux élus de prendre leurs responsabilités ». En creux, se posent la question de la démocratie représentative et de l’absence d’une représentation proportionnelle des citoyens.

Un panel citoyen toutefois équilibré

Le panel constitué par l’agence Respublica recoupe les statistiques de l’INSEE en termes de genre, classes d’âge, quartier, niveau de diplôme, catégories socio-professionnelles et type d’occupation du logement.  On peut s’étonner de l’ajout d’une catégorie « étudiants » dans le panel et de son poids relatif important (16%), sachant que les étudiants bisontins ne sont pas forcément amenés à résider à Besançon au-delà de leur période d’études.

Après les conclusions assez pragmatiques du GEEC, que va décider la conférence citoyenne et surtout…quelles décisions prendra la maire de Besançon ? La gestion de la Ville va-t-elle être confiée  à de multiples groupes de travail, de réflexion, de concertation ? Etre élus, c’est aussi prendre des responsabilités !

Yves Quemeneur