Le 14 juillet à Besançon une « vraie » fête nationale

182

Les polémiques inutiles qui ont entouré les festivités 2021 de la fête nationale ne priveront pas les bisontines et les bisontins d’une fête nationale…grandeur nature !

Cérémonie militaire à 10h au parc des Glacis

Journée d’attachement de la ville et sa population aux forces armées présentes à Besançon, la cérémonie des Glacis sera présidée par Jean-François Colombet, le nouveau préfet du Doubs et placée sous l’autorité militaire du général de division Emmanuel Gaulin, Commandant la 1ère division et Commandant d’armes de la garnison de Besançon. Ils seront entourés du drapeau et d’une compagnie du 19ème régiment du Génie, de détachements de la gendarmerie nationale, de la Police nationale, des Douanes, de l’Administration pénitentiaire, des Sapeurs-Pompiers du Doubs et de la Police municipale de Besançon. Pour la première fois depuis plus de six mois, l’ensemble des porte-drapeaux sera présent. Au cours de cette cérémonie, des décorations seront remises à des militaires des Armées et de la gendarmerie.

Anne Vignot la Maire de Besançon et Jean-François Colombet le Préfet du Doubs, rendront hommage dans leurs allocutions aux fonctionnaires en tenue et aux agents des fonctions publiques, hospitalière, Etat et territoriale, mobilisés depuis plus d’un an dans le cadre de la crise de la Covid-19. On pourra regretter que les nombreuses “premières lignes” du privé ne soient pas associées à cette hommage (commerçants de l’alimentaire ou transporteurs routiers par exemple).

La Promenade Chamars accueille le village “Terre Besançon” de 10h à 17h

Organisé par le CIRFA (Centre d’Information et de Recrutement des Forces Armées), le village présentera les fonctions opérationnelles et les matériels et équipements des régiments pour susciter l’envie aux jeunes franc-comtois de s’engager dans l’armée.

Des couples bisontins célébrés au Kursaal

A 11h, la Ville célébrera au Kursaal, Promenade Granvelle, les noces d’or (50 ans de mariage) pour 20 couples, les noces de diamant (60 ans de mariage) à 12 couples et les noces de platine (70 ans de mariage) pour 5 couples. Eh oui, il existe encore des couples heureux après un demi-siècle de vie commune !

Traditionnel feu d’artifice

La journée du 14 juillet se conclura par un feu d’artifice tiré depuis la Tour carrée des Glacis. Rendez-vous à 22h30 sur tous les ponts et quais de Besançon…dans le respect des distanciations et le port du masque en cas de forte affluence.

Une polémique stérile

Le 13 juillet, Anne Vignot déjeunera à l’Hôtel de Clervans avec le général Gaulin à l’Etat-Major de division. La Maire répond ainsi clairement au Sénateur Jacques Grosperrin qui l’accuse d’antimilitarisme primaire. Le Sénateur du Doubs, dans un communiqué de presse, annonce que “Madame Vignot a décidé d’annuler le défilé militaire du 14 juillet, rompant ainsi avec une longue tradition populaire” oubliant que ce défilé n’a déjà pas eu lieu en 2020 pour les mêmes raisons sanitaires !  Ludovic Fagaut, le chef de file de l’opposition municipale « rajoute une pièce dans la machine ». “Besançon est la plus grande implantation française de l’Armée après Paris. Historiquement, Besançon a été ville de garnison pendant plusieurs siècles…L’annulation du défilé suscite l’incompréhension”. Il conclut en ayant “souhaité maintenir le traditionnel défilé militaire du 14 juillet à Besançon (dans un format adapté à la crise sanitaire)”. En l’espèce, c’est bien l’option retenue par Anne Vignot en collaboration avec la préfecture et l’Etat-Major.

Les élus municipaux de la République en Marche et du Modem ajoutent “Quand on ose toucher les symboles et l’histoire de notre République” et Jean-Philippe Allenbach (Mouvement de Franche-Comté) de conclure “par la misandrie hargneuse et l’antimilitarisme viscéral de cette municipalité écolo” !

Le 14 juillet est un jour de concorde entre tous les citoyens français. Le variant Delta guette à notre porte. Il serait plus opportun d’accompagner la Maire de Besançon dans son plan de vaccination qu’elle a plutôt bien réussi jusqu’à présent.

Yves Quemeneur