Le bonjour de Claire Bertin aux maichois !

603
Petit clin d'oeil au Carnaval avec le tee-shirt mais en tenue traditionnelle malgache.

Dans les coulisses du Carnaval cette année manquait l’une de ses plus ferventes bénévoles en la personne de Claire Bertin. Partie vers d’autres aventures, elle n’en oublie pas pour autant sa ville et a suivi avec un pincement au cœur la dernière édition concoctée par Festi’gang.

Après une scolarité à l’école Pasteur puis au collège Mont Miroir à Maiche, Claire a poursuivi ses études en section européenne au lycée Victor Hugo à Besançon  avec déjà l’envie en tête d’aider les autres dans sa future profession. Ce sera finalement dans le domaine de la pharmacie, orientation qui l’amène à Dijon et va lui ouvrir de nouveaux horizons : « En fin de première année, j’ai découvert l’Afrique dans le cadre d’un stage facultatif que j’ai réalisé au Bénin en vue de découvrir les plantes ». Elle oriente son cursus vers les questions de l’eau et de l’environnement, découvrant cette fois Madagascar en 5ème puis en 6ème année en Master 2 à Bordeaux. « J’ai eu l’opportunité de passer six mois sur place pour ma thèse d’exercice avec pour objectif d’évaluer les risques sanitaires liés à l’eau en milieu rural ». C’était en 2014 et depuis, au fil de ses voyages sur place, ses liens avec le peuple malgache n’ont fait que se renforcer. Alors tout naturellement, quand elle voit passer une offre d’emploi de Pharmaciens Sans Frontières Suisse pour une mission d’un an…

« J’ai été retenue et depuis le début d’année je travaille dans trois dispensaires où j’aide à la gestion des stocks avec pour objectif de rendre les médicaments accessibles à tous en garantissant également leur bonne qualité. Je dois aussi former les agents de comptoir pour qu’ils puissent connaitre les produits et les conseiller aux patients. Enfin, j’assure une formation universitaire à la capitale Antananarivo ». Une année qui s’annonce donc bien remplie. « On verra à l’issue de celle-ci si autre une mission est possible, un autre projet… » confie-t-elle.

Tout en étant loin du plateau de Maiche où elle a grandi, elle n’en oublie pas pour autant ses belles années en terre comtoise. Elle qui a connu ici la vie associative avec l’harmonie, le cinéma, le club de tennis et aussi le premier conseil municipal des jeunes a aussi été dès l’âge de 3 ans plongée dans le Carnaval. C’était en 1991.  Une participation symbolique d’abord qui a laissé place à une implication très forte depuis le retour de l’événement en 2015, notamment pour gérer la communication.

« Même si je n’étais pas là cette année, j’ai eu beaucoup d’échanges avec l’équipe et j’ai suivi de près la préparation avec même un peu de stress à distance » explique Claire qui le samedi et le dimanche de la fête confesse un petit coup de blues : « Je me suis sentie un peu seule au monde donc j’ai préféré m’isoler seule à la plage et je n’ai suivi qu’après coup en visionnant les vidéos et les photos sur les réseaux sociaux ».

Contente de voir que l’affluence a été au rendez-vous elle a un petit message pour ses amis bénévoles du plateau de Maiche : « J’espère que tous ont passé un bon week-end de fête et je suis prête à les accueillir ici à Madagascar…où le carnaval a lieu au mois de juin ! ».