Le bruit, c’est la vie

976
Les cloches de l'église rythment les événements heureux ou malheureux dans le village.

A Guyans-Vennes comme ailleurs, les activités économiques, agricoles notamment, peuvent déranger. Elles sont pourtant indispensables et intimement liées au quotidien des communes.

L’activité agricole est répartie sur toute l’année : la présence de bête, à l’étable ou aux champs, demande une attention constante de la part des exploitants. Vous serez donc amenés à les voir régulièrement traverser le village en tracteurs, chargés ou non de bétail, de fumiers ou de fourrage.

La période de mai à septembre est une période clé pour les éleveurs laitiers de la région. Il s’agit en effet de la période des foins, durant laquelle les faucheuses, andaineuses et conditionneuses ratissent les champs pour récolter ce qui servira de fourrage aux bêtes durant l’hiver. C’est une période d’activité intense durant laquelle des machines peuvent circuler et travailler jusque tard dans la soirée.

L’automne est la période majoritairement consacrée à la fertilisation des sols. De nombreux véhicules circulent donc dans le village. Selon la météo, les bêtes sont toujours dans les champs ou ont regagnées leurs quartiers d’hiver.

L’hiver est la période la plus calme. La traite a toujours lieu matin et soir, mais les animaux sont à l’étable. Les travaux dans les champs sont ralentis par la neige, jusqu’au printemps lorsque la nature se réveille.

La présence de bêtes dans le village est donc une des conséquences de ces pratiques. Quelques bâtiments agricoles sont encore situés au cœur du village et la traversée des vaches après la traite rythme le quotidien du village.

Bien sûr, qui dit bétail dit mouches, qui dit prairie de fauche dit épandage et donc nuisances olfactives, et enfin, qui dit pâturage dit sons de cloches … Ce sont des équations presque infaillibles dont il faut néanmoins s’accommoder pour avoir le privilège de profiter du cadre de vie qu’offre notre belle commune rurale.

Concernant les pratiques d’épandage, nous rappelons néanmoins que celles-ci sont réglementées. Nous invitons donc à la fois les agriculteurs à être vigilants et respectueux dans leurs pratiques, mais aussi les particuliers à prendre conscience des impératifs liés aux métiers agricoles.