Le « carnet rose » reprend des couleurs en Bourgogne Franche-Comté

62

L’INSEE a publié au début du mois d’août un bilan des naissances au premier semestre 2021 en Bourgogne Franche-Comté. L’institut enregistre un rebond des naissances en mars et avril 2021, neuf mois après le premier déconfinement et la fin de la première vague de Covid-19.

12 069 naissances dans la région au cours du premier semestre 2021

Malgré le frémissement du printemps, l’Insee constate 535 naissances de moins qu’à la même époque de 2020, soit une baisse de 4,2% plus marquée que la moyenne nationale en baisse de 3,7%.

Selon l’Institut, c’est la répartition des naissances sur les six premiers mois de l’année qui est significative. La Bourgogne Franche-Comté a été l’une des régions les plus touchées par la première vague de Covid-19. En janvier et février 2021, les naissances ont été beaucoup moins nombreuses qu’en période normale. Sur les deux premiers mois de l’année, la baisse a été respectivement de 17 et 12% par rapport à 2020. « Elles correspondent aux conceptions d’avril et mai 2020 beaucoup moins nombreuses puisqu’il s’agissait du premier confinement de la pandémie. Face à une crise sanitaire à l’avenir incertain, des couples ont probablement annulé ou reporté leur projet de parentalité » analyse l’Insee. C’est également à cette période que la confiance des ménages dans la situation économique s’est dégradée.

En mars et avril 2021, les naissances ont été plus nombreuses qu’en 2020. Elles ont augmenté de 2,1% sur le mois de mars et de 6,3% en avril, période correspondant à des conceptions neuf mois plus tôt en juin et juillet 2020 « pendant la période de déconfinement progressif et la fin de la première vague de l’épidémie de Covid-19 » souligne l’Insee.

En mai et juin 2021, le nombre de bébés nés en Bourgogne Franche-Comté est à nouveau en baisse, respectivement de 1,9% et 3% par rapport à l’année 2020, « baisse liée à la situation sanitaire qui s’est à nouveau dégradée à la fin de l’été 2020 ».

Les départements de la grande région ne sont pas tous logés à la même enseigne

Le déficit des naissances est particulièrement élevé dans l’Yonne (-8,7%), le Territoire de Belfort (-6,3%) et la Côte d’Or (-6,1%) par rapport au premier semestre 2020. Avec un déficit de naissances toutefois moins marqué, les autres départements francs-comtois ne font pas exception. Le Jura compte 4,4% de naissances en moins par rapport au 1er semestre 2020, le Doubs enregistre une baisse de 3,5% et la Haute-Saône une quasi stabilité à -1,1%.

La natalité est en baisse régulière en France depuis six ans. 735 000 enfants sont nés en 2020, le chiffre le plus bas depuis la fin de la seconde guerre mondiale. Le recul est particulièrement marquant au premier semestre 2021 dans notre région. La croissance d’un territoire repose en particulier sur une démographie dynamique. Attention que les quatre départements francs-comtois n’intègrent pas rapidement *la diagonale du vide.

Yves Quemeneur

 

*la diagonale du vide, terme péjoratif, est une large bande du territoire français allant de la Meuse au Landes où on constate une densité de population particulièrement faible par rapport au reste du territoire.