Le civisme et la technostructure ne font pas bon ménage avec le soleil

152
Les rives du Doubs ce jeudi de l'Ascension 2020 ou la saleté du déconfinement ©YQ

Les parcs et jardins de Besançon sont théoriquement encore fermés. Pourtant, le parc de la Gare d’eau et les rives du Doubs de Chamars à Tarragnoz étaient bondés ce jeudi de l’Ascension.

La distanciation globalement respectée

Des couples ou des petits groupes de quatre ou six personnes prenaient le soleil. Auguste Renoir, Edouard Manet ou Claude Monet auraient pu y planter leurs chevalets pour « un déjeuner sur l’herbe » version masquée 2020. Mais l’élégance de la belle époque a fait place à la saleté et la souillure de beaucoup d’individus pour qui la Nature n’est qu’une variable électorale.

Les incivilités sont partout
la distanciation était respectée globalement…sauf pour les déchets de pique-niques interdits ©YQ

Pourtant la Mairie avait fait des progrès en matière de poubelles dans le parc : en nombre suffisant et respectant le tri sélectif, elles devaient inciter les promeneurs à garantir la propreté d’une magnifique rive du Doubs. Patatras…bouteilles, canettes, cartons de pizzas, détritus de toutes sortes et masques chirurgicaux « dégueulaient » ce jeudi à la Gare d’eau. A la question “pourquoi laisser vos bouteilles vides en dehors des poubelles ?”, réponse immanquable “elles sont pleines”…Rien n’interdit de placer les dites bouteilles dans un sac et les ramener dans un container (la ville n’en manque pas). Les barrières d’accès (pendant la période de confinement) traînent dans le lit de la rivière.

La technostructure locale ne s’adapte pas au beau temps

L’organisation de la collecte des déchets dans les parcs ne tient pas compte de la température extérieure. Jeudi de l’Ascension, jour férié, le service de la propreté de la Ville de Besançon ne travaille donc pas ! On pourrait presque imaginer un arrêté municipal ou préfectoral interdisant au soleil de briller les jours fériés…

Il semblerait que le 28 juin soit la date retenue du second tour des municipales. Les trois listes encore en piste à Besançon pourraient utilement donner leur position sur la propreté de Besançon. Sauter comme un cabri en criant “écologie, écologie” c’est bien. Agir c’est mieux !

Yves Quemeneur