« le couvre-feu doit être respecté »

780
La nuit commençait à tomber rue de Vesoul. Les automobilistes présentaient tous une attestation valable...à 19h ! ©YQ

Joël Mathurin le Préfet du Doubs était sur le terrain ce samedi 20 février pour s’assurer que les règles sanitaires et les conditions du couvre-feu à 18h étaient respectées.

Première étape au poste frontière de la Ferrière s/s Jougne. Une centaine de ressortissants étrangers ont été refoulés pour défaut de test PCR . Plus contraignant, le Préfet a signé 45 arrêtés de mise en isolement pour des français revenant de vacances en Suisse.

Contrôle « bon enfant » rue de Vesoul à hauteur du collège Camus pour des automobilistes rentrant du travail ©YQ
Rue de Vesoul, démonstration de force de la police nationale pour inciter les automobilistes à respecter le couvre-feu ©YQ

En début de soirée, il a accompagné la police nationale dans un contrôle routier rue de Vesoul (à hauteur du collège Camus). Les rares automobilistes contrôlés possédaient tous une attestation. Pas de verbalisations en ce début de soirée et des automobilistes qui se prêtaient de bonne grâce au contrôle.

Un ralentissement de quelques centaines de mètres s’était constitué en amont du contrôle de gendarmerie au rond-point de la Vèze ©YQ

La situation était quelque peu différente au rond-point de la Vèze au sortir de la voie des Mercureaux. La gendarmerie arrêtait tous les véhicules, encore assez nombreux vers 19h30. Ils avaient déjà constaté huit infractions (absence d’attestation dérogatoire valable). Bonne pioche pour les gendarmes : ce contrôle « couvre-feu » leur permettait également de vérifier permis de conduire, assurance et contrôle technique.

Joël Mathurin le Préfet du Doubs sur le contrôle de gendarmerie à la Vèze « nous devons impérativement maintenir nos vigilances et respecter couvre-feu et gestes barrières. Le mois de mars sera décisif » ©YQ

Joël Mathurin a profité de cette sortie nocturne pour appeler les habitants du Doubs à maintenir leur vigilance face à un virus qui ne progresse plus dans le département mais qui reste sur un plateau encore trop haut. Le taux d’incidence de 167 (nombre de personnes testées positives pour 100 000 habitants) peine à descendre. La situation des lits de réanimation en Bourgogne Franche-Comté demeure tendue avec un taux d’occupation de 80%.

Pour autant, le Préfet se dit confiant sur l’avenir si la population maintient ses efforts. Le taux d’incidence était de plus 300 au moment de l’instauration du couvre-feu ; il a été réduit de moitié, preuve que cette mesure a porté ses fruits. « Le mois de mars sera décisif » a précisé Joël Mathurin en remerciant les habitants du Doubs de leur sens civique dans cette période difficile.

Yves Quemeneur