Le Doubs : santé, logement et tourisme à l’ordre du jour de l’assemblée départementale

152

Peu de projets à l’ordre du jour et sous-jacent les prochaines élections municipales. Si Christine Bouquin insiste avec ironie sur un ordre du jour « strictement départemental ».

Pourtant, Martine Voidey et Raphaël Krucien, pour l’opposition socialiste, ne vont parler que développement durable, isolation des logements, panneaux solaires et autres énergies renouvelables. Comme la tête de liste écologique de Besançon, les solutions passent par le vélo partout et pour tous. On y parle même du label national “vélo et fromage” présenté au prochain salon de l’agriculture. Alain Marguet si dit irrité par la position du département de conserver la limitation de vitesse à 80 km/h.

Logement et rénovation urbaine

Le département propose d’intensifier l’offre de logements du parc privé en offrant un “pack sécurisation bailleurs” pour améliorer l’accessibilité des locataires et faciliter l’accès aux logements sociaux pour les publics en précarité. L’accompagnement social n’est pas oublié avec la création de six postes supplémentaires d’accompagnement social au sein des associations.

Dans le cadre du NPRU Planoise (Nouveau Programme de Rénovation Urbaine), le département du Doubs est partenaire de ce programme important qui va modifier en profondeur le quartier et assurer une meilleure mixité des logements dans toute l’agglomération bisontine.

Un aménagement numérique accéléré

L’objectif de raccordement à la fibre pour tous est désormais fixé à 2022 alors que le schéma directeur initial voté en 2012 prévoyait l’échéance de 2027. Certaines communes du département font partie d’une communauté de communes hors Doubs, en particulier en Haute-Saône et sont donc retirées du syndicat mixte Doubs Très Haut Débit.

Parc naturel régional du Doubs Horloger

L’assemblée départementale s’est prononcée sur la charte fondatrice de ce nouveau parc naturel pour la période 2020-2035. Limitrophe à celui de la Suisse, les deux parcs ont vocation à créer un parc transfrontalier au niveau du Doubs franco-suisse. Sans les évoquer, les élections municipales s’y invitent. Faudra-t-il s’orienter vers de nouveaux partenariats avec les voisins suisses ou poursuivre un mariage « forcé » avec la Bourgogne ? Certains candidats à la mairie de Besançon devront préciser leur stratégie de collaboration régionale.

Christine Bouquin l’a rappelé dans son propos liminaire. Cette assemblée départementale, obligatoire, aurait dû se tenir en mars, en pleine campagne électorale. Elle s’est déroulée sereinement en février mais certains regards en disaient long sur la gourmandise de débattre..

Yves Quemeneur