Le Modem du Doubs s’inquiète de l’avenir des commerçants indépendants

175
Laurent Croizier Modem Besançon
Laurent Croizier, chef de file du Modem à Besançon ©YQ

Après la CCI, c’est au Modem de monter au créneau. Laurent Croizier, le patron du Modem dans le Doubs vient d’écrire à Bruno Le Maire, le ministre de l’économie, des finances et de la relance pour le mettre en garde sur les distorsions de concurrence entre les grandes surfaces et plateformes en ligne qui restent ouvertes et le commerce de proximité fermé.

“En pleine période d’achats de Noël , alors que les commerces dits « non essentiels » sont contraints de
fermer, les grandes surfaces continuent à vendre des livres, des fleurs, de l’habillement, des chaussures, ou
encore de la décoration, tout comme les grandes plateformes de vente en ligne. Il est de mon devoir de vous alerter sur les conséquences gravissimes d’une telle concurrence déloyale pour les commerçants et artisans de proximité. Nous connaissons tous l’importance de la période de Noël pour leur survie. N’ajoutons pas de l’injustice à la crise qui les frappe de plein fouet, ce serait la double peine.”

On entend de plus en plus de voix dissonantes à la décision du Premier Ministre, y compris au sein de sa propre majorité. Il devient effectivement urgent que le commerce traditionnel de proximité puisse ouvrir dans le strict respect des barrières sanitaires, ce que font tous ces commerçants depuis le mois de mai.

La Rédaction