Le monde paysan en souffrance

255
Le réseau Solidarité Paysans se propose d'intervenir avant que la solution ne soit trop dégradée.

En 2015, année de référence de la dernière étude connue, 605 suicides ont été à déplorer dans le milieu agricole. La situation est intolérable pour le réseau Solidarité Paysans.

Dans le Doubs, c’est l’association des agriculteurs en difficultés qui est affiliée à ce réseau d’entraide et d’accompagnement. Ses objectifs sont d’apporter un soutien moral et humain à toute personne qui fait appel à elle, de déculpabiliser les paysans en proie à des soucis financiers, de rompre l’isolement leur isolement, d’interpeller les organisations agricoles et les pouvoirs publics pour favoriser les procédures de redressement, de rencontrer les créanciers pour travailler à des négociations globales et aussi de faciliter la réinsertion

« Solidarité Paysans s’indigne de la violence de la réalité que dévoilent les chiffres de l’étude de la Mutualité Sociale Agricole pour l’année 2015 » expliquent ses responsables, très inquiets de cette situation qu’ils dénoncent depuis de nombreuses années. Les chiffres parlent tristement d’eux-mêmes : « Sur l’année de référence de l’enquête, on dénombre le suicide de 372 agriculteurs et agricultrices, soit plus de 1 par jour et de 233 salariés agricoles. Au total, ce sont 605 personnes travaillant à produire notre nourriture qui ont mis fin à leurs jours ». le réseau solidaire rappelle que derrière chaque chiffre « il y a une personne, des familles, dont les souffrances importent, une par une ».  Cette situation est qualifiée d’inacceptable et les dispositifs mis en place jusqu’alors pour écouter et repérer les agriculteurs fragilisés jugés comme n’étant pas à la hauteur du problème. « Nous ne sommes plus dans le traitement de problématiques psychosociales, mais bien sur une situation qui interpelle l’ensemble du modèle de production ». Solidarité Paysans emploie des mots très forts : « L’absence de réaction des acteurs des politiques agricoles traduit un consentement meurtrier » concluant que ce sont des réponses politiques qu’il faudra apporter à cette situation qui a trop duré.